Mardi 10 novembre 2015

Accueillir « le fragile » Enregistrer au format PDF

Extraits du message du Pape François pour la journée mondiale des migrants et des réfugiés de janvier 2016
0 vote

« La photo d’Aylan, mort sur la plage, puis l’appel du pape François à ac-cueillir une famille de réfugiés par paroisse ont marqué les esprits. » (extrait du communiqué de Mgr Denis Moutel en septembre 2015)
Le diocèse a lancé une réflexion avec toutes les paroisses, les mouvements d’Église. Ensemble, nous cheminons et prendrons des décisions.

[…] « À notre époque, les flux migratoires sont en constante augmentation en tout lieu de la planète : les réfugiés et les personnes qui fuient leur patrie in-terpellent les individus et les collectivités, défiant leur mode de vie traditionnel et bouleversant parfois l’ho-rizon culturel et social auquel ils sont confrontés. Tou-jours plus souvent, les victimes de la violence et de la pauvreté, abandonnant leurs terres d’origine, subis-sent l’outrage des trafiquants de personnes humaines au cours du voyage vers leur rêve d’un avenir meil-leur. Si elles survivent aux abus et aux adversités, elles doivent ensuite se heurter à des réalités où se nichent suspicions et peurs. Très sou-vent, enfin, elles doivent faire face à l’absence de normes clai-res et pratiques pour réglemen-ter leur accueil et pour prévoir des itinéraires d’intégration à court et à long terme, avec une attention aux droits et aux de-voirs de tous. Plus que par le pas-sé, l’Évangile de la miséricorde secoue aujourd’hui les conscien-ces, empêche que l’on s’habitue à la souffrance de l’autre et indique des chemins de réponse qui s’enra-cinent dans les vertus théologales de la foi, de l’espé-rance et de la charité, en se déclinant en œuvres de miséricorde spirituelle et corporelle . […]

La révélation biblique encourage l’accueil de l’étran-ger, en le motivant par la certitude qu’en agissant ain-si on ouvre les portes à Dieu lui-même et que sur le visage de l’autre se manifestent les traits de Jésus-Christ. De nombreuses institutions, associations, mou-vements, groupes engagés, organismes diocésains, nationaux et internationaux font l’expérience de l’é-merveillement et de la joie de la fête de la rencontre, de l’échange et de la solidarité  . Ils ont reconnu la voix de Jésus-Christ : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe » (Ap 3, 20). Pourtant, les débats sur les condi-tions et sur les limites à poser à l’accueil ne cessent de se multiplier, non seulement au niveau des politiques des Etats, mais aussi au sein de certaines communau-tés paroissiales qui voient leur tranquillité tradition-nelle menacée. […]

En premier lieu, la miséricorde est un don de Dieu le Père révélé dans le Fils : la miséricorde reçue de Dieu suscite, en effet, des sentiments de joyeuse gratitude pour l’espérance que nous a offerte le mystère de la rédemption dans le sang du Christ. Par ailleurs, elle alimente et renforce la solidarité   envers le prochain, comme exigence pour répondre à l’amour gratuit de Dieu, « qui a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint » (Rm 5, 5). Du reste, chacun de nous est res-ponsable de son voisin : nous sommes les gardiens de nos frères et soeurs, où qu’ils vivent. Entretenir de bons contacts personnels et sa-voir surmonter les préjugés et les peurs sont des ingrédients essentiels pour faire fructifier la culture de la rencontre, où l’on est disposé non seulement à donner, mais aussi à recevoir des autres. En effet, l’hospitalité vit à la fois de ce qui est donné et reçu. […]

« Face à ces questions, comment l’Église peut-elle agir,sinon en s’inspirant de l’exemple et des paroles de Jésus-Christ ?
La réponse de l’Évangile est la miséricorde. »

Chers frères et soeurs migrants et réfugiés ! À la racine de l’Évangile de la miséricorde, la rencontre et l’ac-cueil de l’autre se relient à la rencontre et à l’accueil de Dieu : accueillir l’autre, c’est accueillir Dieu en per-sonne ! Ne vous laissez pas voler l’espérance et la joie de vivre qui jaillissent de l’expérience de la miséricor-de de Dieu, qui se manifeste dans les personnes que vous rencontrez au long de vos chemins ! Je vous confie à la Vierge Marie, Mère des migrants et des réfugiés, et à saint Joseph, qui ont vécu l’amertume de l’émigration en Égypte. Je confie aussi à leur inter-cession ceux qui consacrent leurs énergies, leur temps et leurs ressources à la pastorale et à l’aide sociale des migrations. À tous et de tout cœur, j’accorde la Bénédiction apostolique ».
Du Vatican, le 12 septembre 2015
Pape François