Transmission
Mardi 31 mars 2015

C’est quoi cette bougie de la nuit de Pâques ? Enregistrer au format PDF

La lumière du cierge pascal

Le magazine « Présence » (au service de la presse paroissiale) d’avril 2015, nous propose, entre autre, un texte de découverte du sens et de l’importance du cierge de Pâques. N’hésitons pas à remettre le Christ Ressuscité au centre de nos vies, en nous laissant guider à la lumière du cierge pascal.

info document -  voir en grand cette image

Quand l’assemblée se réunit dehors, devant l’église, juste avant la veillée pascale, c’est autour d’un feu que le prêtre bénit. Puis on allume une grande bougie toute neuve et on entre dans l’église en la suivant. Cette « grande bougie », c’est le cierge Pascal qui ex-prime la victoire du Christ sur la mort, la lumière de la foi, la joie de la vie nouvelle venant du Ressuscité.

Des symboles forts Une grande croix rouge, les premières lettres de l’al-phabet grec : l’ALPHA et l’OMEGA, figurent dessus. Elles rappellent que la résurrection du Christ est le centre de l’histoire de l’humanité, que Dieu est notre Dieu depuis toujours. « Allume dans nos obscurités un feu qui ne s’éteint jamais », chante-t-on à Taizé. Cette même nuit, chacun reçoit une petite bougie qui sera allumée au cierge de Pâques. Puis, les jeunes, qui feront leur profession de foi dans quelques semaines, se verront remettre leur cierge par la paroisse. Par ce geste de lumière, ensemble, nous célébrons la résur-rection du Christ qui éclaire notre vie, notre rapport à la mort… Et surtout il rappelle que cet évènement est le prototype de notre future résurrection. Parfois, lors de cette messe de la nuit de Pâque, sont baptisés des adultes : on dit d’ailleurs qu’ils reçoivent le sacrement de « l’illumination et de la purifica-tion » ; ils communient alors pour la première fois. Puis ils seront confirmés, à la cathédrale, le dernier jour du temps pascal, lors de la fête de la Pentecôte.

Marcher au soleil La lumière est le symbole de la foi. Le théologien Jean-Noël Bezançon disait une phrase que j’aime rappeler aux baptêmes : « Croire en Dieu, ça ne change rien, sauf… qu’on marche au soleil ! » A l’image de la flamme de la bougie, notre foi vacille parfois. Pourtant, c’est elle qui nous éclaire le paysage et nous indique le chemin. Lumière efficace, réelle, mais qui reste dis-crète, selon ce qu’exprimait Pascal : « Il y a assez de lumière pour ceux qui ne désirent que voir, et assez d’obscurité pour ceux qui ont une disposition contraire. »

Ce cierge pascal reste allumé durant les cinquante jours du temps pascal, jusqu’à la Pentecôte où la lu-mière de l’Esprit-Saint est répandue sur l’Eglise et sur le monde. Puis, il sera rallumé lors des baptêmes et des funérailles pour signifier que la résurrection du Christ est la source de la foi ! « Moi je suis la lumière du monde » dit Jésus (Jean 8, 12). Celui qui le suit ne marche pas dans l’obscurité.

Au jour du baptême, on reçoit un cierge avec ces pa-roles : « […] Reçois cette Lumière. Qu’elle te permette de découvrir la beauté en toutes choses, qu’elle te donne espérance et force au milieu des inquiétudes, des difficultés et des faiblesses que tu connaîtras. Rappelle-toi toujours que tu es entré dans un monde tourné vers l’avenir. Car Jésus-Christ, Notre Seigneur est la Lumière du monde ! »

Abbé Jean-Marie Poitout Curé de la paroisse St Simon du Millienois Diocèse d’Amiens

« Baptisé dans la lumière de Jésus, Tu renais avec lui du tombeau. (bis) Pour que s´éclaire chacune de tes nuits, Dieu te prend aujourd´hui par la main : Tu es son enfant bien-aimé. »

Pour retrouver la revue en intégralité : http://www.otpp.org/rubriques/haut/…

Voir en ligne : Le magazine Présence