Mercredi 17 septembre 2014

« Chantiers » Enregistrer au format PDF

0 vote

Dans mes déplacements, j’ai souvent rencontré des panneaux indiquant « TRAVAUX ». De ce fait, il faut suivre la déviation indiquée. Mais parfois c’est un casse-tête quand on n’est pas du coin et que l’on doit se rendre à une adresse qui se trouve au milieu des travaux. Dans les dernières rencontres de groupe, les textes bibliques qui étaient choisis parlaient de pierre angulaire ou de maison à bâtir sur le roc. Nous étions en plein dans la construction. Et un chant le dit très bien :
« Que chaque enfant porte sa pierre au chantier de la maison du Père.
Une cathédrale s’élève vers le ciel. »

C’est vrai que toute vie est
un vrai chantier

Avec des évènements qui changent, des rencontres nouvelles et aussi des aléas qui n’étaient pas prévus et qu’il faut bien intégrer.
A cause de ces évènements et de ces rencontres, je me suis dit que la vie d’une communauté humaine et d’une communauté chrétienne SERAIT TOUJOURS UN CHANTIER. Bien souvent nous voudrions que ce soit clair et net pour notre tranquillité. Manque de bol, il n’en sera jamais ainsi. Il est sans doute plus facile d’être des moutons de panurge que d’être des acteurs de la vie d’une communauté. Le jour où la com-munauté chrétienne ne sera plus un chantier, cela voudra dire qu’elle est morte.
Je me réjouis de tout ce qui se vit déjà, mais j’ai parfois l’impression que nous restons très cloisonnés et que nous avons du mal à ouvrir nos horizons.

Essayons d’inventer une nouvelle manière de nous retrouver pour échanger sur notre vie et partager la Parole de Dieu.
Comment voulons-nous vivre notre vie de baptisé si nous n’acceptons pas de nous laisser façonner par la Parole de Dieu ? Nous avons oublié une chose, c’est que la Parole de Dieu ne se travaille jamais seul. J’ai besoin des autres pour la découvrir. Là-dessus, je peux vous dire que c’est totalement vrai. Je n’ai progressé dans la découverte de la Parole de Dieu qu’en prenant le temps de la travailler avec d’autres. Et le jeu en vaut la chandelle. Cela ne sert à rien de donner une Bible si en même temps on ne propose pas à la personne un lieu pour l’ouvrir avec d’autres et si on ne lui apprend pas à l’ouvrir.

Un chantier qui est toujours à entreprendre et à continuer c’est celui du lien
et de la convivialité entre nous.

Sans cesse, il faut réinventer les moyens de vivre en communauté car la vie change. Nous ne pouvons pas aller contre ces changements. Regardons le nombre de personnes qui sont obligées de changer de métier, de région.
De ce fait-là, il nous faut réinventer des moyens de vivre en communauté pour recréer du lien les uns avec les autres.
Comment nous accueillons-nous les uns les autres aux célébra-tions ?
Comment nous écoutons-nous ?
Comment nous entraidons-nous ?
Il me semble qu’il faut continuer à inventer des espaces d’écoute. Apprendre à écouter l’autre gra-tuitement. Pour cela, il faut prendre le temps d’accueillir l’autre avec ce qu’il veut me dire sans porter aucun jugement et sans divulguer ce qu’il m’aura dit.
On fait bien du covoiturage pour le travail pourquoi pas pour les célébrations et certaines rencontres.

Le chantier existe. Soyons acteurs.

« Que chacun de nous porte sa pierre
au chantier de la maison du Père.
Une cathédrale s’élève vers le ciel. »

Père Olivier Guitton