Lundi 29 janvier 2018

Chemin de Carême 2018 Enregistrer au format PDF

0 vote
Abbé Francis Morcel
Abbé Francis Morcel

Le Mercredi des Cendres prochain, 14 février, nous entrons dans le temps du Carême. Nous allons prendre le chemin qui va nous conduire jusque la fête de Pâques : fête de la résur-rection du Christ.

Quand on évoque Carême, nous pensons volontiers à un temps austère, à des restrictions, à des privations. Certes, ce n’est pas négligeable, mais l’objectif, c’est bien la célébration de la Résurrection. Mais ce chemin que nous allons prendre peut s’appuyer sur les paroles que nous entendrons ce Mercredi des Cendres. Je retiens quatre appels forts qui peuvent être pour chacune et chacun d’entre nous des appuis pour nous préparer à cette grande fête.

Écouter la Parole de Dieu

Le temps du Carême est un temps particulier pour écouter la Parole de Dieu. Au cours de ces semaines, cette Parole s’adressera à nous. Elle est riche, elle a besoin d’être lue avec attention, méditée, partagée, approfondie, pour en saisir toute la profondeur. Cette Parole nous l’accueillons dans l’intimité de nos chambres, dans les familles, dans nos célébrations, dans les partages vécus dans chaque paroisse. Donnons-lui toute sa place !

Pratiquer le jeûne

Le Carême est un temps particulier pour pratiquer le jeûne, au moins le Mercredi des Cendres et le Vendredi Saint. C’est le temps de l’abstinence de viande tous les vendredis de Carême. Au-delà de ce que l’Église nous demande, ces autres manières de nous nourrir, qui ne sont pas un but en soi, même si certains trouvent bien de faire un peu « régime » pour leur propre santé, c’est une manière d’être plus disponibles à Dieu et aux autres.

L’ouverture aux autres

Le Carême est un temps privilégié pour l’ouverture aux autres. Des appels nous serons adressés pour une plus grande solidarité, pour un réel partage envers celles et ceux qui, dans notre société, sont aujourd’hui en souffrance, soit localement, soit au plan du pays ou du monde. Nous entendrons spécialement l’appel du CCFD (comité catholique contre la faim et pour le développement, terre solidaire). La question de l’accueil des migrants, en particulier, est sans cesse rappelée par le Pape François.

Une prière plus intense

Le Carême est un temps favorable pour une prière plus intense. Des groupes se réunissent régulièrement pour prier le chapelet, pour pratiquer l’adoration. Pourquoi ne pas prendre quelques heures, voire une journée pour faire retraite. Des propositions nous viennent des communautés religieuses, des différents lieux d’accueils ; des sites internet nous proposent des itinéraires pour vivre ces moments de prière et de recueillement à domicile. Profitons de ce temps pour approfondir notre relation à Dieu. C’est un chemin à vivre en famille, en établissement scolaire, en communauté. Aidons-nous à bien parcourir ce chemin en relation avec la mise en œuvre de notre synode.

Abbé Francis Morcel