Samedi 2 mai 2015 — Dernier ajout mardi 2 juin 2015

Commentaire de l’Evangile Enregistrer au format PDF

0 vote

Samedi 16 décembre 2017, le samedi de la 2e semaine de l'avent

« Il marchera devant le Seigneur avec l'esprit et la puissance d'Elie » (Lc 1,17)

Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
Sermons sur l'évangile de St Jean, n° 4

« Pourquoi donc les scribes, c'est-à-dire les docteurs de la Loi, disent-ils qu'il faut qu'Élie vienne d'abord ? » Le Seigneur leur répond : « Élie est déjà venu, et ils lui ont fait souffrir tout ce qu'ils ont voulu, et si vous voulez le comprendre, c'est Jean le Baptiste. » Ainsi notre Seigneur Jésus Christ dit expressément : « Élie est déjà venu » et qu'il s'agit de Jean Baptiste. Mais quand on interroge Jean, il déclare qu'il n'est pas plus Élie qu'il n'est le Christ (Jn 1,20s)... Pourquoi donc affirme-t-il : « Je ne suis pas Élie » tandis que le Seigneur dit à ses disciples qu'il est Élie ? Notre Seigneur voulait parler symboliquement de son avènement à venir et dire que Jean était venu dans l'esprit d'Élie. Ce que Jean a été pour le premier avènement, Élie le sera pour le second. Il y a deux avènements pour le Juge, il y a aussi deux précurseurs. Le juge est le même dans les deux avènements, mais il y a deux précurseurs... Le juge devait d'abord venir pour être jugé ; il a envoyé devant lui un premier précurseur, et il l'a appelé Élie, parce qu'Élie sera pour le second avènement ce que Jean a été pour le premier. Considérez, frères bien-aimés, combien cette explication est fondée sur la vérité. Au moment où Jean a été conçu...le Saint Esprit avait fait cette prédiction qui devait s'accomplir en lui : « Il sera le précurseur du Très-Haut, dans l'esprit et la puissance d'Élie » (Lc 1,17)... Qui pourra comprendre ces choses ? Celui qui aura imité l'humilité du précurseur et connu la majesté du juge. Personne n'a été plus humble que ce saint précurseur. Cette humilité de Jean constitue son plus grand mérite ; il aurait pu tromper les hommes, passer pour le Christ, être regardé comme le Christ, tant était grandes sa grâce et sa vertu, et cependant il déclare ouvertement : « Je ne suis pas le Christ. —Es-tu Élie ? —Je ne suis pas Élie. »