Mardi 26 septembre 2017 — Dernier ajout vendredi 29 septembre 2017

Depuis que je connais Dieu Enregistrer au format PDF

0 vote

Comment exprimer ce que Dieu fait pour moi, en moi ? Laissons-nous transporter par ce texte qui dit avec des mots simples tout le bonheur de se laisser habiter par l’Espri

Depuis que je connais Dieu, j’ai beaucoup changé. Oh ! De l’extérieur je n’ai pris que quelques centimètres, mais j’ai peuplé mon royaume intérieur de plusieurs milliers de sujets d’intérêt, et je suis bien décidée à ne pas en rester là ! Avant, je n’étais qu’un petit bout de femme de rien du tout ; maintenant, je suis une créature unique, parmi des milliers de milliers. C’est une sacrée métamorphose qui est à la portée de tout le monde, à une condition : aimer et se sentir aimé. Pour de vrai, et pour toujours.

Dieu ne force jamais ton cœur : tu peux lui faire la tête un jour, il ne t’en voudra pas le lendemain. C’est un sacré chic type, au fond. Il est là, pas seulement quand Il a envie d’être là, mais quand on a besoin de lui, même dans les pires moments. Et ça, c’est drôlement rare. Quand il dit Je t’aime, ce n’est jamais du bout des lèvres, c’est à pleine tendresse, avec de l’amour du monde et puis aussi à sa manière de fabriquer en un clin-Dieu des instants d’éternité.

Dieu, c’est difficile à expliquer, c’est quelqu’un qui ne ressemble à personne, on ne l’entend pas avec les oreilles et on ne le voit pas avec les yeux. On le sent, c’est tout. Je ne sais pas si ça t’est déjà arrivé de le rencontrer, mais c’est un peu comme un tour de magie ; en apparence, c’est simple comme bonjour, et pourtant il y a toujours une énigme qui plane, comme un oiseau invisible dans un espace inconnu.

Il paraît que cet oiseau invisible s’appelle l’Esprit, il est même tellement pur qu’on l’appelle parfois l’Esprit Saint. Quand il plane au-dessus d’un paysage, le paysage devient beau et lumineux.
Quand il plane au-dessus de quelqu’un, le quelqu’un est aussitôt éclairé.

Monsieur Saint-Esprit, c’est un peu comme un allumeur de réverbères, il illumine tout ce qu’il approche. Donc, la présence de l’Esprit, c’est facile à reconnaître : on respire un parfum d’harmonie, d’équilibre et de transparence. C’est simple, c’est comme si l’Homme ressentait une connivence. Une connivence entre sa petite graine de vie et le grand bouquet de l’infini, entre le visible et l’invisible. Comme si Monsieur Saint Esprit serrait la main de Monsieur Homme.

François Garagnon


Extrait du livre « Jade et les sacrés mystères de la vie » (Editions Monte Cristo)