Dimanche 14 avril 2013 — Dernier ajout vendredi 26 avril 2013

Je parle d’abord avec mes oreilles ! Enregistrer au format PDF

La meilleure manière de maîtriser nos paroles n’est-elle pas d’abord d’apprendre à écouter ? « Diaconia 2013 » nous invite à être de GRANDS ECOUTANTS vis-à-vis des personnes qui n’ont pas beaucoup de moyens pour s’exprimer parce qu’ils vivent des situations difficiles.

info document -  voir en grand cette image Issaïe nous dit : « Le Seigneur m’a donné le langage des disciples, pour que je sache soutenir par une parole celui qui est épuisé. Chaque matin, il éveille, il éveille mon oreille, pour que j’écoute à la manière des disciples. Le Seigneur m’a ouvert l’oreille et je ne me suis pas dérobé. »

Ainsi, Isaïe, le prophète, nous rappelle avec beaucoup de pertinence que la langue des disciples a pour première vocation de communiquer des paroles de vie et que cette langue n’est efficace et n’a de sens que dans la mesure où l’oreille s’est d’abord ouverte à l’ECOUTE.

Le violon nous offre une merveilleuse allégorie. Il possède deux magnifiques ouvertures qu’on appelle « ouïes ». Ainsi à la manière d’un violon nous réson-nons la vie par nos « ouïes » c’est-à-dire nos oreilles.

Nous comprenons, ainsi, que plus qu’une parole, le partage est une écoute.

Je vous propose d’entendre avec moi cette magnifique invitation à l’ECOUTE qui est due à une plume anonyme…

« Quand je te demande de m’écouter et que tu commences à me donner des conseils, tu ne fais pas ce que je t’ai demandé …

Quand je te demande de m’écouter et que tu commences à me dire pourquoi je ne devrais pas res-sentir ce que je ressens, tu ne prends pas mes senti-ments au sérieux.

Quand je te demande de m’écouter et que tu penses devoir faire quelque chose pour résoudre mes problèmes, tu ne me fais pas confiance.

Tout ce que je te demande est que tu m’écoutes, non pas que tu parles ou que tu fasses, juste que tu entendes ce que j’ai à te dire.

Quand tu fais pour moi quelque chose que je peux faire ou que j’ai besoin de faire moi-même, tucontribues à faire grandir ma peur et mon manque de confiance en moi.

Mais alors tu acceptes comme un simple fait que je ressens ce que je ressens, même si cela n’a aucune logique, alors je peux m’arrêter d’essayer de convain-cre et commencer à explorer ce qui se cache derrière mes émotions.

Alors s’il te plaît écoute-moi, entends-moi, et, si tu as envie de parler de toi même, attends ton tour juste quelques minutes… et j’essaierai de t’écouter. »

Ecoute, écoute, surtout ne fais pas de bruit, on marche sur la route. Ecoute, écoute, les pas du Seigneur vers toi. Il marche sur ta route.

« Diaconia 2013 » nous invite à être de GRANDS ECOUTANTS vis-à-vis des personnes qui n’ont pas beaucoup de moyens pour s’exprimer parce qu’ils vi-vent des situations difficiles.

Nous avons la mission que leurs paroles, leurs désirs soient exprimés au sein de nos communautés chrétiennes. Sinon, nous nous privons d’une grande richesse, car ces personnes nous disent quelque chose de Dieu et de Jésus Christ. Ces personnes vivent aussi une expérience spirituelle. Si elles n’ont pas les moyens d’exprimer, en public, leur expérience au cours d’une assemblée ou d’une célébration nous de-vons être leurs porte-parole.

Nous devons tout faire pour qu’ils soient présents quand ils nous le demandent ou quand nous de-venons leurs porte-parole. S’ils sont présents cela veut dire que la communauté les accueille et leur donne toute leur place. Cela veut dire que nous aurons pris les moyens de leur permettre d’être là en les accom-pagnant, en étant là pour les accueillir et qu’ils puis-sent reconnaître des visages connus. Père Olivier Guitton

Diaconia 2013, rassemblement à Lourdes ( 8, 9 et 10 mai 2013) pour témoigner que la fraternité est une richesse. 4 personnes vont représenter la paroisse.