Vendredi 7 octobre 2016

L’adoration aujourd’hui Enregistrer au format PDF

0 vote

A l’heure où je me pose pour la rédaction de cet article au sujet du terme de l’adoration, deux points me viennent spontanément à l’esprit. De quoi s’agit-il ? A qui s’adresse cette attitude ?

Le terme d’adoration désigne une attitude qui ne peut prendre acte que lorsque l’homme se reconnaît créature devant son créateur, c’est-à-dire Dieu. Adorer Dieu c’est le reconnaître comme notre créateur, notre sauveur, le maître de ce qui existe avec un amour infini pour l’humanité et digne d’une miséricorde en surabondance. L’adoration est donc une attitude qui ne s’adresse qu’à Dieu pour nous les croyants.

A l’heure où on prône l’idolâtrie des stars, Dieu ne peut entrer dans ce tableau. Dieu est au-dessus de tout cela, il est plus grand que tout, il est de l’ordre du divin. Une star, toute aussi importante soit-elle, reste une figure humaine, dotée d’un talent mis en avant par des moyens technologiques, matériels, virtuels. Il est donc de notre devoir d’adulte d’attribuer le vocabulaire adéquat à chaque circonstance si l’on souhaite transmettre aux futures générations nos convictions de chrétiens et l’importance de reconnaître Dieu, créateur de toute vie.

Je me permettrai de rappeler la plus belle des prières qui existe : celle du Magnificat, entonnée par la Vierge Marie lors de l’Annonciation :
« Magnifique est le Seigneur, tout mon cœur pour chanter Dieu, magnifique est le Seigneur, Alléluia, alléluia »

L’adoration a toujours existé, cependant certaines époques ont été plus « éduquées » à cette pratique. Aujourd’hui, lors de nos retraites premières eucharisties, profession de foi, soirée réconciliation, nous proposons aux jeunes de découvrir et de vivre ce « tête à tête » avec Dieu, mais en communion avec nos frères.

Les enfants se rendent compte qu’il se passe quelque chose de particulier. Plongés dans cette ambiance, ils savent où regarder, se tenir en silence, Jésus leur devient plus familier. Leurs regards sont plongés vers ce bel ostensoir dans lequel la lunule contient l’hostie consacrée. Nous sommes à chaque fois surpris de voir comment les jeunes aiment et savourent ce temps d’adoration.

A l’heure où l’on parle de zapping constant, réserver un temps concret, rien que pour Dieu, rejoint ces jeunes en quête de repère, de sens à leur vie . Pas besoin d’en faire des longueurs, mais cadrer ce temps en donnant des clés de lecture. Voilà comment on peut y parvenir : -le moment, -le salut, -la position, -l’adoration, -l’action de grâce -l’au revoir.

Benoit XVI disait : « l’adoration est un baiser à Jésus dans lequel je dis : je suis à toi et je prie afin que toi aussi tu demeures toujours avec moi »

Et si chacun de nous se posait véritablement la question, maintes attitudes changeraient ne serait-ce qu’aux célébrations dominicales.
A chacun de nous de prendre le temps de la réflexion.

Michelle Gérel

Animatrice LME