un prêtre vous parle
Vendredi 12 juin 2015

La conduite fraternelle, un acte louable Enregistrer au format PDF

Saluer quelqu’un, c’est le considérer
0 vote

Comment nous conduire en société ? Nous mettre en avant, négliger l’autre ? Dans la Bible, Ben Sirac le Sage nous propose une au-tre attitude. Même si le message est ancien, il s’applique de façon toute moderne à notre quotidien.

Saluer quelqu’un, c’est le considérer. La salutation est l’un des actes les plus louables dans la société.
La fraternité, un mode de vie
Nous sommes dans une société où personne ne veut s’abaisser devant l’autre ; tout le monde cherche à s’afficher et, si possible, à commander. La vie devient rude et très difficile. Seule la fraternité peut nous donner le goût de vivre, et la bonne manière d’agir nous fait apprécier et aimer des autres.
Comme le dit Ben Sirac dans la Bible, un homme sage se fait aimer, rien que par ses paroles et sa bonne conduite. Ses avis sont souvent recherchés par les gens, chacun prend à cœur ce qu’il dit. Un langage courtois attire des réactions et des réponses bienveillantes. Des paroles aimables dispo-sent les autres à nous écouter et à nous aimer.
Ben Sirac nous invite aussi à savoir écouter, à prendre le temps avant de répondre. A ne pas prendre la parole pendant qu’un autre parle, ni à nous fâcher si la remarque qu’on nous fait est vraie. Ne pas chercher à raisonner, ni à contredire si nous avons vraiment tort. Celui qui refuse de reconnaître ses torts et continue d’agir maladroite-ment en s’imposant se fait détester et haïr. Cela ne convient pas à un homme bien éduqué et surtout à un chrétien.
Pour finir, rappelons-nous que la sa-lutation n’est pas seulement un signe de fraternité mais aussi de considération. Saluer quelqu’un, c’est le considérer. La saluta-tion est l’un des actes les plus louables dans la socié-té.
Père Louis Manako
Difficile et exigeante : la fraternité chrétienne