Lundi 23 février 2015

La joie d’être appelés Enregistrer au format PDF

Gaétan, séminariste en insertion dans la paroisse de Lam-balle, nous donne son témoignage sur la semaine qu’il a vécue à Lourdes en novembre dernier. C’était un rassemblement national pour les séminaristes.

info document - JPEG - 1.7 ko J’ai été très heureux de rejoindre tous mes frères sé-minaristes français dans ce haut lieu de la chrétienté que je connais parfaitement. C’était un honneur pour moi de répondre à l’invitation des évêques à l’occasion du rassemblement national des séminaristes autour de Marie, mère de Dieu et de tous les Hommes.

Rendre grâce C’était une nouvelle façon de me faire pèlerin et de me retrouver devant cette grotte de Massabielle pour prier Marie Notre-Dame de Lourdes à qui je dois beaucoup. Dans ce sanctuaire, par la voix de Notre Dame et Sainte Bernadette, l’appel de Dieu à le suivre d’une façon plus particulière en devenant prêtre, a souvent résonné au plus profond de mon cœur. Ce pèlerinage a été l’occasion de rendre grâce à Dieu pour cet appel qu’il m’a adressé et qu’il m’adresse encore chaque jour.

La joie d’être réunis, la joie d’être appelés Il est très difficile pour moi de trouver les mots pour qualifier la grandeur de ce que j’ai vécu pendant ces 2 jours à Lourdes. Mais j’ai trouvé un peuple de frères qui était rassemblé en réunion de famille. Y-a -t’il quelque chose de plus beau que de se réunir autour d’une mère ? Une mère, n’est-elle pas très heureuse de voir ses enfants réunis ? Et les enfants ne sont-ils pas aussi heureux de retrouver leur mère et aussi leurs frères ? C’est ce qui s’est passé à Lourdes où cha-cun portait en lui la joie, le bonheur. Cela se voyait sur tous ces visages de séminaristes qui portaient sur eux, une joie inestimable, leur sourire en était le re-flet. Si les séminaristes étaient heureux de se retrou-ver, j’ai senti aussi que les évêques portaient cette même joie et ce même bonheur que chacun de nous. Je peux dire que pendant ces quelques jours, j’y ai trouvé la joie de l’Évangile. Tous ce peuple rassemblé, quelles que soient nos di-versités, avait pourtant une particularité puisque si nous étions là, c’est que nous avons entendu un jour un appel du Seigneur pour se mettre davantage à son service et au service du Peuple de Dieu . En voyantcette joie sur tous ces visages et ce peuple rassemblé dans les sanctuaires de Lourdes, je peux dire que ré-pondre à l’appel du Seigneur rend joyeux, c’est un chemin qui conduit au bonheur.

Un cadeau du Seigneur Dans toutes les célébrations, par la beauté des chants, par les temps de silence, par les différentes catéchèses, les processions, je sentais la présence de Dieu en moi à chaque instant. L’adoration eucharistique suivie de la cérémonie des vêpres dans la basilique du Rosaire résonne encore dans la tête. Je me suis dit à plusieurs reprises : Dieu est grand, c’est grandiose d’être séminariste et de répondre à son appel, mais pourquoi moi ? C’est vraiment une grâce d’appartenir à ce corps qu’est l’Église. C’est un cadeau que le Seigneur me fait en m’invitant à y prendre part et à tout lui donner. Ce don de ma personne n’est donc pas un sacrifice mais une offrande car le Sei-gneur veut le bonheur de ses enfants. Les mots du pape François, (fraternité, prière, mission pour le service simple de nos frères) m’encouragent vraiment à poursuivre ce chemin de vocation. La catéchèse du recteur des sanctuaires et de Mgr Brouwet me motive pour faire savoir que chacun est aimé de Dieu. Par sa proximité, le pasteur pourra faire connaître à son peuple ce message qui à mon avis est essentiel. La prière et la fraternité sont des éléments pri-mordiaux pour la mission du prêtre.

Apporter la joie de l’Évangile Maintenant de retour au séminaire, je rends grâce pour ce temps à Lourdes, ce sera un nouvel élan pour la suite de mon année. Des nouveaux liens se sont créés, de nouvelles connaissances se sont faites, maintenant la prière va faire grandir notre fraternité et ensemble, nous pourrons continuer l’œuvre de nos aînés dans la foi, apporter la joie de l’Évangile au peuple de France en devenant missionnaire là où le Seigneur nous conduira. Gaétan Lormel