Samedi 26 décembre 2015 — Dernier ajout dimanche 27 décembre 2015

La paix dans le monde Enregistrer au format PDF

0 vote

La paix dans le monde… Il n’y a pas qu’en ce début d’année que nous devons l’espérer et y travailler. C’est en Dieu que nous pourrons trouver la force de dépasser nos peurs à l’épreuve dans ce monde plein de chaos

Chaque année, le 1er janvier, l’Église nous invite à prier pour la Paix et à nous remettre sous la protection de Marie, non seulement pour la réussite de nos affaires ou simplement pour avoir une bonne santé.

Occasion nous est donnée pour nous faire un cœur ouvert à tous nos frères du monde. Nous vivons à une époque où l’avenir de notre pays et de chacun de nous se décide aussi bien à Tokyo ou à New York, à Bruxelles ou à Genève qu’à Paris. Nous ne pouvons plus nous conduire comme sur une île déserte sans tenir compte des autres : ou bien l’humanité toute entière sera sauvée et nous avec elle, ou bien elle s’en ira toute entière à la débâcle et au chaos et nous avec elle. Notre première tâche doit être de plus en plus une tâche de solidarité   et de fraternité entre tous les hommes nos frères, quels que soient leur pays, leur race ou leur religion.

Tout cela est une question de bon sens. Pour nous chrétiens, c’est une affaire de foi.

Le Concile Vatican II nous a invités à nous ouvrir au monde. Dans le document conciliaire ; « L’Église dans le monde de ce temps  », relisons quelques passages : «  Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes d’aujourd’hui sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ. Et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur ».

C’est une invitation à ouvrir nos cœurs et nos pensées à tous les hommes du monde entier !

Malheureusement beaucoup de choses nous angoissent en ce moment : conflits, hostilités, guérillas, attentats, terrorisme, barbarie qui font tant de misère et suscitent tant de haines.

« La ferme volonté de respecter les autres hommes et les autres peuples ainsi que leur dignité nous dit encore le Concile, la pratique assidue de la fraternité
sont absolument indispensables à la construction de la paix, car la paix est le fruit de l’amour qui va bien au-delà de la justice ».

Ces termes peuvent éclairer nos regards à l’égard des étrangers et ajuster nos jugements sur eux : fraternité, justice, amour, respect des autres et leur dignité. La paix entre les peuples et entre les races est à construire et à consolider sans cesse. Elle ne dépend pas seulement des grands de ce monde : elle dépend aussi de la conversion de nos mentalités vis à vis des étrangers. « J’étais un étranger et vous m’avez accueilli » nous dit Jésus.

En ce 1er janvier 2016, soyons nombreux à venir prier pour la PAIX ! Faisons en même temps des gestes de PAIX !

À chaque messe, nous sommes invités à nous donner la paix. Ce n’est pas un geste banal, c’est la PAIX du CHRIST. Il doit être l’annonce des gestes de paix que nous essaierons de faire chaque jour pour construire dans notre entourage une vraie paix !

Alors, Bonne Année à vous tous, à vos familles, à tous les peuples du monde, surtout à ceux qui souffrent et qui ont faim d’AMOUR, de FRATERNITÉ et de PAIX !

Qu’en cette Année de la Miséricorde, chacun de nous puisse reconnaître l’AMOUR de DIEU qui nous aime et nous fait vivre.

André PERROT,
Curé des paroisses de Pléneuf et Erquy-Fréhel. 