Samedi 25 janvier 2014 — Dernier ajout mardi 11 février 2014

Laisser le Seigneur écrire notre histoire Enregistrer au format PDF

0 vote

Nous venons de vivre une période liturgique intense. Ainsi, lors des célébrations de la Nativité, il nous a été rappelé que Celui qui est né dans une mangeoire se fait nourriture pour nous. Selon le souhait du Frère Roger de Taizé, n’oublions jamais que nous sommes en « pèlerinage de confiance sur la terre », témoins de l’espérance de l’Evangile au cœur de notre monde.

Une nouvelle année se présente à nous.
sera, pour une grande partie, ce que nous en ferons. Comme chrétiens, nous sommes remplis d’espérance car nous sommes sur le chemin de la sainteté qui est le fait de « laisser le Seigneur écrire notre histoire ». Cela signifie qu’en célébrant les sacrements, en ayant une vie de prière, en vivant la solidarité  , en accueillant celles et ceux qui se présentent à nous comme des « visages » du Seigneur, nous ne pouvons pas céder aux sirènes prônant le catastrophisme. Il n’est pas non plus possible de nous replier sur nous -même ou d’envisager une société qui serait guidée par la finance.

Pour nous chrétiens, il en est tout autre.
En effet, plus nous nous ouvrons aux autres, plus nous ouvrons nos cœurs, plus nous faisons de l’Evangile notre programme de vie en vivant la fraternité et la solidarité  … c’est alors que nous sommes sur le chemin du bonheur intérieur et de l’épanouissement personnel et communautaire. Rien n’est facile ni évident, mais le Seigneur, comme le rappelle sans cesse le Pape François, ne se lasse jamais de nous pardonner pour que nous puissions avancer. Nous recevons et accordons le pardon afin de pouvoir nous relever et continuer d’avancer. J’aime souvent rappeler que l’important n’est pas de ne jamais tomber, mais de toujours nous relever et là est notre force !

Nous avons vécu une période liturgique intense.
Ainsi, lors des célébrations de la Nativité, il nous a été rappelé que Celui qui est né dans une mangeoire se fait nourriture pour nous. Chaque jour, le Seigneur nous accompa-gne sur les chemins de la vie. L’amour de la crèche qui reflète l’amour déjà présent dans nos cœurs nous rappelle la joie susci-tée lors d’une naissance. Dans nos familles, chez nos amis, il y a certainement des naissances qui nous réjouissent et, l’espace d’un instant, nous voici comme emportés par la joie de voir la vie, de nous émerveiller devant ce nouvel enfant. Voilà ce qui est moteur de vie !

Mais tout n’est pas si simple.
Il y a des moments difficiles et des croix à porter : échecs, maladies, blessures, souf-frances physiques et morales, séparations etc. Et cela peut être une réelle épreuve. Devant tous ces problèmes l’Esprit Saint nous aide à tenir debout. Il nous fait voir ce qui est bon et moins bon, il nous guérit et nous console. Nous avons alors la possibilité de prendre du recul pour laisser de la place au Seigneur et y voir plus clair.

Nous voilà donc bien équipés :
le Seigneur avance avec nous, la Vierge Marie et tous les saints intercèdent pour nous, nous sommes un peuple libre et qui n’a de cesse d’avancer au rythme de l’Evangile pour écrire la suite des récits de nos vies. Partout sur la terre des communautés chrétiennes célèbrent le Seigneur : des majestueuses cathédrales aux humbles chapelles de brousse en mission, en passant par nos églises paroissiales… Ensemble, nous formons la famille du Seigneur et cela ne peut que nous réjouir et être un motif d’espérance.

Alors oui, 2014 est une année à écrire
dans le livre de l’Histoire, mais nous n’avons rien à craindre et, selon le souhait du Frère Roger de Taizé, n’oublions jamais que nous sommes en « pèlerinage de confiance sur la terre », témoins de l’espérance de l’Evangile au cœur de notre monde. Formons le souhait qu’en 2014 notre cœur puisse battre au rythme de l’amour de l’Evangile et notre monde respirer au souffle de l’Esprit. Bonne route sur les chemins de la vie dans la confiance et dans l’espérance !
Père Jean Chilair Boncœur
Curé de Matignon