Lundi 29 décembre 2014 — Dernier ajout mercredi 7 janvier 2015

Les équipes liturgiques Enregistrer au format PDF

0 vote

La Constitution sur la liturgie du Concile Vatican II ne parle pas des équipes liturgiques. Elles sont pourtant nées de la réforme liturgique, animées du désir de connaître, de mettre en œuvre la liturgie de l’Église et d’aider les communautés chrétiennes à mieux participer aux célébrations dominicales. Cinquante ans après leur naissance, comment comprendre et définir leur rôle ?

Des équipes
Il est souhaitable qu’une communauté paroissiale pos-sède plusieurs équipes liturgiques, formées de mem-bres des différents relais paroissiaux. Ce travail en commun favorisera l’unité d’une paroisse autour d’un même service pastoral.
La composition des équipes devrait pouvoir répondre aux deux critères suivants : une représentation des différentes catégories de fidèles et des différentes compétences que requiert la célébration, par exemple pour le choix des chants.

Une formation
En matière de liturgie, la bonne volonté ne suffit pas. Une formation liturgique est nécessaire : formation de base à ce qu’est la liturgie de l’Église ; formations spécialisées pour la lecture, le chant, les bouquets…
En effet, la liturgie n’appartient ni à l’assemblée, ni à l’équipe liturgique, ni même au prêtre.
Elle est la liturgie de l’Église, une liturgie qui nous est donnée. Elle ne s’invente pas ; elle s’apprend.
Il est donc essentiel de connaître et d’avoir saisi l’in-tention de l’Église quand elle célèbre.

Un rôle renouvelé
Aujourd’hui, la liturgie de l’Église est assimilée par les communautés chrétiennes, les répertoires de chants sont établis, les lecteurs formés existent et les bou-quets ont trouvé leur juste place.
Le rôle d’une équipe liturgique en est nécessairement modifié. Quel serait-il ?
D’abord de prier ensemble et faire de l’équipe une cellule d’Église disponible à l’Esprit-Saint pour un servi-ce de la communauté.
Ensuite lire les textes, y compris le psaume, et partager ensemble les richesses de la Parole de Dieu. De ce partage naîtra la prière universelle, réponse que l’assemblée fait à Dieu après l’écoute de sa Parole. Ainsi la vie du monde, de l’Église, de la communauté est por-tée dans la prière.
Ce travail est trop souvent négligé : il est tellement plus facile de pomper directement la prière dans une revue ! Dans ce partage de la Parole, des questions peuvent surgir.
L’équipe peut les porter à celui qui fera l’homélie pour qu’il puisse les intégrer à sa prédication.
Des équipes pourraient aussi s’ouvrir plus largement à des fidèles qui voudraient venir partager la Parole de Dieu.
Ceci demande que les rencontres des équipes se fas-sent dans un quartier, un relais. Cette proximité évite à l’équipe d’être un cercle fermé et permet une vie spirituelle dans des lieux où l’Eucharistie n’est pas cé-lébrée chaque dimanche.
Enfin, l’équipe liturgique peut proposer des mises en œuvre pour tel rite, tel temps liturgique, tel dimanche particulier. L’important étant qu’un des membres de l’équipe veille au bon déroulement de la célébration.

Conclusion
L’équipe liturgique joue un rôle important pour la vie spirituelle des communautés et la beauté de la liturgie, à condition de considérer son rôle comme un service des autres.
Elle n’a pas à dicter la liturgie : elle la sert pour qu’elle touche les cœurs, que la Parole de Dieu soit entendue et méditée, que la prière de l’assemblée soit juste ; bref, que la liturgie soit un chemin de foi.

Serge Kerrien
Diacre permanent

Voir en ligne : croire.com