Lundi 23 février 2015

Les scrutins Enregistrer au format PDF

Lorsque des élections sont annoncées dans notre pays, on en parle souvent comme d’un scrutin. La liturgie utilise le même terme pour désigner des rites particuliers. De quoi s’agit-il ?

Un temps de retraite et de conversion Le terme « scrutin » est emprunté au latin « scrutinium » qui signifiait l’action de « fouiller, de rechercher, de visiter ». Dans les premiers siècles de l’Eglise, la préparation au baptême, pendant le carê-me, donnait lieu à un certain nombre de rites préparatoires appelés « scrutins ». Il s’agissait de scruter les intentions des catéchumènes, en s’assurant de leurs dispositions intérieures et en pratiquant sur eux un exorcisme. Aujourd’hui, trois scrutins subsistent pour les catéchumènes. Ils sont célébrés au cours de la messe des 3e, 4e et 5e dimanches de Carême  . Mais leur sens a changé dans la mesure où le discernement des dispositions intérieures a été effectué, bien en amont, par les équipes d’accompagnement, les pasteurs et le service diocésain du catéchuménat. Il s’agit désormais d’un temps de retraite spirituelle et de conversion qui précède la célébration du baptême à la veillée pascale. Pendant les 40 jours du Carême  , les catéchumènes, vivent, avec tous les chrétiens, comme un entraînement, par la prière, l’écoute de la Parole de Dieu, la conversion, la charité. Cette période peut se révéler difficile pour eux, en raison de doutes, de combats intérieurs, de pression de l’entourage, etc… Ils ont besoin de la force de Dieu, de la prière, du soutien de tous. L’Eglise leur propose un itinéraire spirituel jalon-né par la célébration des trois scrutins, afin qu’ils soient fortifiés et préparent leur cœur à recevoir les dons du Seigneur.

Les trois scrutins Un parcours spirituel de conversion demande de la durée, des efforts à poursuivre, et des recommence-ments. On ne peut pas se convertir au Christ en une seule fois. Cela requiert persévérance et répétition. Il convient donc de s’en remettre à la sagesse de l’Eglise et de ses rites, et de célébrer les trois scrutins. Le Missel recommande, par ailleurs, de faire proclamer les évangiles de l’année A si l’on célèbre des scrutins. En effet, ces évangiles (la Samaritaine, l’aveugle-né, Lazare) évoquent l’un des grands symboles du baptême chrétien : l’eau, la lumière, la vie nouvelle.

La célébration des scrutins Les trois scrutins, ont une même structure, très sim-ple. Ils prennent place après l’homélie et s’appuient, sur les évangiles de l’année A. Les rites se déroulent de la façon suivante :

  • Les catéchumènes sont invités à s’avancer vers le célébrant et à s’incliner ou à se mettre à genoux.
  • Suit un temps de prière silencieuse, puis une prière litanique choisie dans le rituel de l’initiation chrétienne des adultes. Cette prière, invoque le Seigneur pour les catéchumènes, pour les membres de la communauté chrétienne et pour tous les hommes.
  • Vient alors la prière d’exorcisme, très belle prière, en lien avec l’évangile, et qui mériterait d’être méditée en profondeur. Elle est dite par le célébrant qui préside la liturgie. Celui-ci étend les mains sur les appelés pour la dernière partie de la prière. On peut précéder la prière d’une imposition de la main sur chacun des catéchumènes. L’onction d’huile est aussi possible, avec l’huile des catéchumènes que l’évêque a bénie lors de la messe chrismale.

Enfin, les catéchumènes sont normalement renvoyés, sous la protection du Seigneur, et invités à revenir le dimanche suivant.

Serge Kerrien Diacre permanent

« Tes signes font renaître Dieu d’Amour qui donne vie ! Tes signes nous libèrent Par la main de Jésus-Christ »

Bernard/ Akepsimas