Samedi 23 juin 2018 — Dernier ajout vendredi 6 juillet 2018

Messe du réconfort

Témoignage d’une première expérience pour l’aumônière de l’hôpital
0 vote
Saint Chrême
Saint Chrême

Maria-Pilar , nouvelle aumônière à l’hôpital de Lamballe, a vécu, pour la première fois, la célébration du réconfort proposée par la paroisse. Ce rendez-vous permet la rencontre des résidents de l’EHPAD, du foyer-logement, des fidèles et bénévoles de divers horizons.

Ce jour-là, le soir chez moi, je vivais une sensation de plénitude. J’étais en paix. Beaucoup de choses n’étaient pas évidentes au départ. Si j’étais en paix c’était parce que ma mission avait été accomplie. Pas toute seule. Avec Dieu et avec les autres. J’étais en paix, parce que malgré les difficultés, j’ai toujours gardé confiance. Qui m’a appelée et envoyée à cette mission ? Alors… ? Le Seigneur sera avec moi jusqu’à la fin des temps !

J’étais aussi heureuse et émerveillée d’avoir vu une Église en marche. En amont, beaucoup de choses ont été faites par la paroisse et à l’hôpital, aidée par les bénévoles. Merci à tous !

Le résultat et les fruits, je les ai vus cet après-midi-là, au milieu de l’inconnu qui m’attendait… Je voulais le soleil, et on a eu la pluie ! Une contrariété qui est devenue une bénédiction. La pluie n’a arrêté personne. La foi, l’envie d’aider et de se donner étaient fortes. Petit à petit l’inconnu a commencé à se dévoiler.

J’ai vu arriver, avec des sourires, des bénévoles de l’aumônerie, de la paroisse, de l’hospitalité diocésaine, des enfants, des catéchistes. OUF, Dieu merci !

Un mouvement d’amour et de joie a commencé à s’activer sous les gouttes de pluie. Je voyais venir, partir, courir, pour finir tous, résidents et accompagnateurs, dans une file indienne direction l’église. Toujours sous la pluie. Toujours avec générosité.

A l’église, on nous attendait au rythme des cloches et des bras ouverts. Il fallait juste nous laisser guider. Pendant la messe, présidée par le Père Olivier Guit-ton, beaucoup de résidents ont reçu le sacrement de l’onction des malades. D’une certaine manière, je l’ai eu aussi. Quelle grâce ! J’ai reçu aussi ma lettre de mission.

Je finis cet écrit avec quelques souvenirs gardés dans ma mémoire comme un beau tableau animé. Dans la pénombre de l’église, je vois de beaux visages d’enfants qui accompagnaient des résidents en fau-teuil. La jeunesse et la vieillesse ensemble. J’entends les chants et la musique ! Les prêtres et les fidèles en prière. Je vois une Église vivante. La pénombre n’est plus pénombre. Je peux toujours espérer…

Maria-Pilar Gutierrez

Acceptez notre gratitude ! Ce magnifique temps de vie communautaire ne s’est pas réalisé tout seul. Merci aux bénévoles de l’aumônerie, de la catéchèse et à tous les acteurs de la vie paroissiale qui ont largement contribué à la ferveur de cette célébration du réconfort du 30 mai dernier