Mardi 5 novembre 2013 — Dernier ajout jeudi 28 novembre 2013

Noël au Cameroun Enregistrer au format PDF

0 vote

La période de Noël est célébrée un peu partout dans le monde. Com-merciale ou traditionnelle, cette fête rassemble les peuples. Le Cameroun étant un pays aux multiples cultures, Père Albert s’est limité à présenter Noël dans sa région du Nord-Cameroun : région dont la présence de la religion traditionnelle et musulmane n’est pas à négliger.

info document -  voir en grand cette image
Le sens de Noël
Noël porte en lui une profonde signification chrétienne et spirituelle. Il prend source dans les vieilles traditions religieuses qui célébraient le mystère d’un amour sans pareil manifesté par la venue et la demeure de Dieu parmi les hommes en la personne de son Fils Jésus car « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » (Jn 3,16). Jésus est manifestement le don du Père. C’est pourquoi à Noël nous célébrons le mystère du « donner » et du « recevoir ».

Évènement festif
La célébration de la fête de la nativité de notre Seigneur Jésus-Christ au Cameroun est un événement festif sans pareil. Au nord Cameroun elle reste, au-delà de sa spécificité chrétienne, une grande fête qui réunit les familles. Les parents comme les enfants accordent une grande importance à la fête de Noël par rapport à la fête de Pâques. Cela s’explique sûrement par l’es-prit qui sous-tend la Nativité. A Noël, tout le monde vient à l’église. Des parents aux enfants, tous fêtent Noël et se réjouissent de la venue de Jésus-

Christ par-mi nous.
En ce 25 décembre, fête de Noël, les barrières de religions n’existent plus : animistes, musulmans, chrétiens de tous rites s’unissent autour d’une même table. Ils partagent le même vin et la même joie. Ils exclament les mêmes vœux de « Joyeux Noël » ! Ah qu’il est beau ce jour qui nous fait penser sans doute à la prophétie d’Isaïe selon laquelle, au jour du Seigneur, « le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau. Le veau et le lion seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira. La vache et l’ourse auront même pâture, leurs petits, même gîte. Le lion, comme le bœuf mangera du fourrage. Le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra. Sur le trou de la vipère, le jeune enfant étendra la main. Il ne se fera ni mal, ni destruction sur toute la surface de la Terre ».

Les préparatifs
Durant la période préparatoire, les parents non fonctionnaires (les fonctionnaires généralement n’ont pas de problème pour habiller leurs enfants) vendent arachides et maïs pour acheter les habits, les chaussures à leurs enfants et le nécessaire pour la fête en famille. Car, Noël est une fête où toute la famille doit être en joie, en paix et dans la communion.
Pour les parents, il faut tout d’abord satisfaire les enfants en achetant des vêtements nouveaux, chaussures neuves et surtout s’assurer d’avoir acheté l’animal soit un bouc, un porc ou autre pour la fête. L’animal est tué la veille par les membres de la famille et la viande est répartie entre eux pour le grand repas de Noël. Dans la ville ou le village proprement dit, la commune aussi rythme aux pas de l’Église en mettant des espaces d’accueil, de réjouissance pour la population.

La veille de Noël
En cette veille de Noël, certains membres de la famille vont à la messe du soir tandis que d’autres s’occupent de la préparation des repas de la fête. Notons que durant cette messe, l’on peut assister à l’interprétation du « sketch » sur la naissance du Christ. Après la messe, les enfants rentrent chez eux en bande pour des veillées prolongées selon la possibilité des parents. Certains chantent les louanges du Seigneur, d’autres dansent et d’autres encore mangent et boivent.
Vers 5 heures du matin, certains adultes accompagnés des enfants vont de maison en maison pour souhaiter « Joyeux Noël » aux familles connues. Au passage, ils mettent des feuilles d’arbres, des fleurs sur les portes, les murs et les « soko [1] » en signe de paix, de joie et de fraternité. En retour, ils peuvent recevoir de l’argent, des bonbons, des croquettes, ou même se servir du bon vin traditionnel fait pour la circonstance.

Jour de Noël
Le matin, tous se préparent pour la messe avec des offrandes selon le programme de la célébration. Les parents qui sont occupés encore, envoient les enfants à la messe pour qu’ils ne soient pas en retard. Ils écoutent la Parole de Dieu et acceptent par le fait même la naissance du Fils de Dieu parmi nous.
Après la messe, c’est la réjouissance populaire dans les quartiers et villages. Plus les enfants peuvent se promener, saluer les autres familles en souhaitant « Joyeux Noël », plus c’est la fête .
Dans les familles, les enfants sont accueillis : ils reçoivent des repas et ce que la maison est capable de leur donner.
Le soir, très fatigué, chacun cherchera à rentrer chez lui pour faire le bilan de Noël demandant au Seigneur de lui permettre de voir encore sa naissance l’année prochaine.
Noël au Nord Cameroun est source de partage, de réconciliation et d’unité totale. C’est un jour où la foi professée correspond véritablement à la foi vécue.

Père Albert Wanso
Grand séminaire Saint-Augustin
Maroua au Cameroun

[1Le soko est une plante.