Samedi 23 septembre 2017

Père Pablo Enregistrer au format PDF

0 vote

Le Père Pablo ARTEAGA a été accueilli cet été au sein de la paroisse de Lamballe ; il s’est pleinement investi dans la pastorale locale. Il a répondu à nos questions, revenant sur son itinéraire de vie jusqu’à la prêtrise, nous livrant son vécu et ses impressions à la fin de son séjour parmi nous…

 Père Pablo, pouvez-vous vous présenter et nous parler de vos origines, de votre vocation et de votre parcours jusqu’à aujourd’hui ?

Je suis né à Santiago du Chili, dans une famille catholique de 5 enfants dont je suis le plus jeune. L’Église a toujours fait partie de ma vie. J’ai dès mon enfance eu une dévotion particulière à la Vierge Marie, priant le chapelet, aimant me recueillir devant la petite grotte de Lourdes installée dans le jardin familial. C’est Marie qui m’a mené vers Jésus, son Père et l’Esprit Saint…

Très tôt, à 8 ans déjà, j’ai ressenti l’appel vers la prêtrise. Cet appel me faisait pourtant peur, en ce qu’il supposait de sacrifices et de renoncements (célibat, pas d’enfants, peu de ressources…). Alors, adolescent, j’ai mené la vie normale des jeunes de mon âge, me suis investi dans la politique, j’ai eu des petites amies… Mais cette vie ne me comblait pas et j’ai compris que mon désir de devenir prêtre était bien réel.

Vers 17 ans, à ma Confirmation, j’ai souhaité lire des livres de spiritualité et avoir un « père spirituel ». J’ai rencontré un jeune prêtre qui m’a beaucoup aidé et m’a fait mieux connaître la vie sacerdotale diocésaine. Il m’a conseillé d’attendre un an, puis quatre, avant de m’engager vers la prêtrise ; j’ai alors entamé des études de commerce et côtoyé des jeunes « normaux », tout en étant Ministre de la communion dans ma paroisse et faisant des missions avec des jeunes pendant les vacances.

Entré au Séminaire en 2000, j’ai été ordonné prêtre en 2010. Vicaire dans la périphérie de Santiago, j’ai fait mon apprentissage auprès des pauvres. J’y ai beaucoup appris.

Depuis 2014 et pour 5 ans, je suis en études à Rome, sur décision de mon évêque, afin de devenir professeur en faculté de théologie. Je suis en théologie dogmatique sur l’Esprit Saint. J’étudie Yves Congar, théologien français dominicain qui a contribué à Vatican II.

 Pourquoi Lamballe pour ces six semaines d’été en France ?

Après 2 séjours à Paris où j’ai appris le français, j’ai souhaité perfectionner ma pratique de la langue.
Au Congrès International des vocations à Rome, fin 2016, j’ai rencontré Monseigneur Moutel, seul évêque français parmi les 200 évêques présents, et lui ai fait part de mon souhait. Il m’a orienté vers Pierrick, qui a accepté de m’accueillir à Lamballe pendant l’été.

 Au terme de ces 6 semaines en immersion au sein de la paroisse, quel regard portez-vous sur notre Église lamballaise et quels enseignements tirez-vous de votre séjour ?

J’ai trouvé à Lamballe une communauté particulièrement accueillante :
accueil attentionné du Père Pierrick au presbytère, des paroissiens qui m’ont ouvert leurs portes…

J’ai remarqué l’organisation particulièrement performante de la paroisse, notamment dans la préparation des célébrations, et grâce à cet outil essentiel que constitue la maison paroissiale.

J’ai noté le rôle majeur joué par les laïcs et le partage harmonieux des tâches prêtres/laïcs dans la vie ecclésiale.

 Un défi pour les années à venir…

La communauté paroissiale lamballaise, riche de ses atouts, aura aussi à cultiver son cœur à cœur avec Dieu ; des pratiques plus intériorisées et méditatives semblent à redécouvrir ou à développer comme le chapelet, l’adoration, la lectio divina, ainsi que les échanges et enseignements autour de la Bible…

En terminant, je tiens à exprimer mes remerciements chaleureux et fraternels au Père Pierrick et aux paroissiens lamballais pour leur accueil, leur écoute et leur amitié.

Interview avec Roselyne et Marie-Madeleine


Avant de regagner Rome, le père Pablo va terminer ce temps de « vacances » en sillonnant, en pèlerin, les chemins de St Jacques de Compostelle. (Voie Nord de l’Espagne) Nous lui souhaitons bonne route et le remercions pour ce temps vécu avec nous et que nous avons reçu avec bonheur !