Mercredi 31 mai 2017 — Dernier ajout mercredi 24 mai 2017

Vivante Eglise Enregistrer au format PDF

0 vote
Père André Perrot
Père André Perrot

La Pentecôte, c’est la fête du don de l’Esprit, du parler en langues, et aussi celle des flammes de feu, du commencement de l’Eglise. L’Esprit-Saint désigne, en fait, la présence de Dieu dans nos vies, ce que nous faisons du message de Dieu dans nos vies.

La Fête de la Pentecôte, que nous célèbrerons le 4 juin, nous rappelle les débuts de l’Église. Poussés par l’Esprit, les Apôtres deviennent des prédicateurs et des témoins que rien ne peut faire taire. Et les foules rassemblées de toutes les races et de toutes les langues comprennent leur message. La Bonne nouvelle du salut en Jésus ressuscité est destinée à tous et tous peuvent la recevoir. Dans cette première Pentecôte et jusqu’à nos jours, l’Esprit n’a cessé de faire se lever des témoins et des prédicateurs qui ont tout quitté et ont risqué leur vie pour annoncer l’Évangile, vraiment, jusqu’aux extrémités de la terre.

Bien sûr, il est possible de porter sur l’Église des regards très différents suivant l’endroit d’où on la regarde, suivant les aspirations et les idées de celui qui la regarde. Vue de France, l’Église apparait en crise et il est bien difficile de nier ses difficultés. Elle manque et va manquer de prêtres, le taux de la pratique religieuse a chuté de façon spectaculaire, moins d’enfants baptisés, moins d’enfants catéchisés, etc… Mais de même que la France n’est pas le monde, l’Église de France ne dit pas tout de l’Église universelle. De jeunes Églises naissent et se développent et, par exemple, le nombre de prêtres augmente à l’échelle du globe.
En France même, on peut discerner bien des signes de vie dans l’Église : le nombre et la qualité des catéchistes, des animateurs liturgiques, des militants engagés dans toutes les solidarités, la multiplication des diacres permanents, des jeunes et des adultes toujours plus nombreux chaque année à se préparer au Baptême…

De tout cela, nous voyons clairement les effets.

Et il y a la vie de tous les mouvements d’action catholique, de charité et de spiritualité, des rassemblements paroissiaux et diocésains.

Nous vivrons le nôtre le dimanche 4 juin, au parc de Brézillet, pour la clôture du Synode Diocésain où notre évêque, Mgr Denis Moutel, promulguera les orientations synodales pour notre diocèses.

Ce sera comme une Nouvelle Pentecôte.

Soyons nombreux à y participer !

Et quand nous écoutons les radios chrétiennes, nous sommes toujours surpris devant la multiplicité et la diversité des initiatives prises partout, souvent dans une certaine discrétion, pour rendre plus effectif et plus crédible le témoignage des croyants. Et les jeunes ne sont pas les moins actifs.

Oui, l’Église est vivante !

Elle connait des difficultés et des germes d’avenir, c’est l’image de la vie.

Père André PERROT


Curé des paroisses de Pléneuf et d’Erquy-Fréhel