Coin prière Enregistrer au format PDF

Confiez-nous vos intentions de prière.
http://www.congregation-stv.org/

48 heures…. non stop….

Choisir son ou ses horaires et les donner par téléphone à la maison paroissiale au 02.96.31.02.55

48 HEURES……

NON STOP ……

Vous devez vous demander : « Qu’est-ce que c’est que cette affaire ? »
Et vous avez raison.
Certains et certaines d’entre vous participent comme l’on dit : « à des Temps d’Adoration ».
Vous savez ou vous ne savez pas que souvent, après la messe du Jeudi Saint, il est demandé aux personnes qui le peuvent de prendre un temps d’adoration.

Nous pensons que plusieurs d’entre vous voudraient bien tenter cette expérience, sans venir obligatoirement à l’église… soit à cause des horaires de travail…… soit qu’on ne peut se déplacer ou bien …. on a des insomnies.

Prenez le temps d’aller voir l’Evangile de Jean au chapitre 4e.
Les catéchumènes auront à découvrir cette rencontre de Jésus avec la Samaritaine. A la Samaritaine qui est en recherche, Jésus lui répond que ce n’est pas le lieu qui est important pour adorer Dieu.

Le projet est simple : « Du Jeudi Saint 22 heures au Samedi Saint 21 heures, des personnes pourraient se relayer toutes les heures pour assurer cette mission d’adoration au nom de la communauté paroissiale.
Cela veut dire que j’aurais à m’inscrire pour un horaire. On peut être plusieurs pour le même horaire à cause des possibilités des uns et des autres.

Par exemple, je choisis le Vendredi Saint de 6h à 7h. Cela veut dire que j’arrête mon travail. Pendant cette heure, je peux prendre un texte de la Parole de Dieu et y réfléchir. Je peux prier avec le chapelet. Ma mission est de prier au nom de la Paroisse, en lien avec les évènements du monde, avec les catéchumènes, les jeunes qui se préparent au Baptême, à la Profession de Foi, à la première des communions, avec les malades etc….

Pour dire que je prends le relais, je peux allumer une bougie et la mettre à côté du bâton de Carême  . C’est une heure que je consacre gratuitement au Seigneur, en sachant que je prends la relève de d’autres et que d’autres prendront la relève.
Et la relève sera prise le Samedi Saint à 21 heures par ceux et celles qui participeront à la Veillée pascale. Et ainsi la boucle sera bouclée.

N’ayons pas peur de tenter l’expérience. Cela vaut le coup et vous verrez que vous ne serez pas déçu. Personnellement je peux dire que ça fonctionne et je me rappellerai toujours ces grandes veilles de nuit autour d’un feu où des jeunes se relayaient d’heure en heure.

Ollivier Guitton

Choisir son ou ses horaires et les donner par téléphone à la maison paroissiale au 02.96.31.02.55

Apprends-moi, Seigneur, à dire merci !

Merci pour le pain, le vent, la terre et l’eau.
Merci pour la musique et pour le silence.
Merci pour le miracle de chaque nouveau jour.

Merci pour les gestes et les mots de tendresse.
Merci pour les rires et les sourires.
Merci pour tout ce qui m’aide à vivre
malgré les souffrances et les détresses.
Merci à tous ceux que j’aime et qui m’aiment.

Et que ces mille mercis
se transforment en une immense action de grâces
quand je me tourne vers Toi,
la Source de toute grâce
et le Rocher de ma vie.

Merci pour Ton amour sans limite.
Merci pour la paix qui vient de Toi.
Merci pour le pain de l’Eucharistie.
Merci pour la liberté que Tu nous donnes.

Avec mes frères je proclame Ta louange
pour notre vie qui est entre Tes mains,
pour nos âmes qui Te sont confiées,
pour les bienfaits dont Tu nous combles
et que nous ne savons pas toujours voir.

Dieu bon et miséricordieux,
que Ton nom soit béni à jamais.

Apprends-nous à aimer

Seigneur,
Je viens avec hardiesse te demander
Un don qui dépasse toute chose.
Apprends-nous à aimer comme tu aimes.
Ce n’est pas facile pour nous,
êtres humains.
Nous sommes tellement traversés
Par le désir, la peur, l’agressivité…
Apprends-nous cet Amour
Qui sait prendre des risques
pour les plus petits et qui ne craint pas
Les puissants, et les sages de ce monde.

Apprends-nous cet Amour qui cherche
Inlassablement la justice, surtout lorsque
Cela dérange notre quiétude
et notre confort
Apprends-nous cet Amour
Qui respecte passionnément
tous les hommes et d’abord ceux
qui ne savent pas respecter les autres.
Apprends-nous cet Amour
qui sait regarder
Chaque être humain dans son chemin
d’imperfection avec le projet de Dieu sur lui.

Apprends-nous cet Amour capable
d’un pardon sans retour pour les offenses
Les plus lourdes à porter
Et les blessures les plus vives.
Apprends-nous à aimer comme Tu aimes.
Alors nos vies seront transfigurées
La paix se répandra dans nos groupes
Dans nos cités et entre les peuples.
Aimer comme Tu aimes,
Il n’y a que Toi qui peux faire cela en nous.

Michel Sévin

Ancien responsable du secrétariat pour les relations avec l’Islam

Assomption de la Vierge Marie.

Prière pour la fête de l’Assomption

Aujourd’hui,
notre regard doit s’élever
vers le ciel de toutes nos espérances.

Marie, notre sœur Marie,
fille de notre terre,
est élevée dans la gloire
parce qu’elle est aussi
la mère de notre Dieu.

Marie est la première
à pouvoir placer ses pas
dans les pas de son fils…
…jusqu’au bout du voyage.
Nos chemins, eux aussi,
conduisent à la gloire.
Nous ne le voyons pas,
mais Marie nous le dit
par son Assomption.
Toi, Notre-Dame,
consolide en nos cœurs
la foi et l’espérance
et remplis-nous de cet amour
qui vaincra toute mort
le jour de notre propre assomption.

Ave Maria

La vidéo du jour, avec Marie

Bénir…une sacrée bouffée d’oxygène !

« Je te bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ». Cette phrase souvent entendue ne suffit pas à elle seule pour expliquer ce que « bénir » peut cacher.

 En réalité qu’est-ce que « bénir » ?

L’action de bénir n’est pas réservée uniquement aux personnes ordonnées.
Non ! Pas du tout, bénir chaque personne, bénir chaque situation dans la part la meilleure d’elle-même, c’est notre rôle à tous.
Mais, en réalité, qu’est-ce que « bénir » ?
C’est appeler l’amour de Dieu sur quelqu’un ou sur une situation. Lorsque nous bénissons quelqu’un, nous nous rappelons notre baptême où nous sommes entrés dans une vie nouvelle. C’est une renaissance, nous entrons dans la famille des chrétiens.

Bénir : désigner une personne à Dieu

Alors bénir quelqu’un c’est présenter à Dieu une personne, une situation sur laquelle nous Lui demandons de focaliser son attention divine.
Lorsque nous bénissons, nous attirons ainsi le meilleur, à l’image d’un rayon de soleil qui descend entre les nuages parfois sombres, qui essaye de se frayer un passage entre des branchages denses afin de donner sa lumière dans le sous-bois ou la clairière.

 Bénir par les gestes du quotidien

On ne peut également parler de bénédiction sans évoquer tous les gestes charitables que nous pouvons poser : sourire est le premier, rendre service, donner voire même partager un repas, participer au déménagement d’un copain, d’un voisin, écouter et redonner le moral aux personnes déprimées, donner du temps aux autres…

Bénir : aider, donner, sourire

Toutes ces actions sont des bénédictions pour les personnes auxquelles nous les offrons, sans oublier que seul ce que notre cœur offre a de la valeur. Tout ce que nous faisons par devoir (ou pour se donner bonne conscience) s’efface sur l’ardoise de notre vie et celle des autres.

 Bénir : déployer son amour

Lorsque nous émettons une pensée de gratitude, lorsque nous remercions sincèrement la vie, nous ouvrons notre cœur et rentrons dans cette spirale de la multiplication. Plus tu donnes, plus tu reçois.
Bénir la vie, c’est déployer notre amour. L’amour n’est pas une formule qui s’apprend mais qui se ressent par le cœur.

Bénir : se laisser guider par le cœur

L’amour acquiert sa toute puissance lorsque l’être place sa conscience dans son cœur et se laisse guider par lui.
Bénissons et ayons de la gratitude pour ce que nous voyons, pour ce que nous entendons, partageons et surtout bénissons ceux et celles dont nous avons beaucoup de mal à nous approcher. En bénissant ceux et celles par lesquels tu as souffert, tu te libères en même temps que tu les libères.
Ayons de la gratitude pour cela.
Soyons amour et semons-le partout où nous sommes. Soyons ouverts et participons ensemble à cette année de la miséricorde car l’amour réalise ô combien de bienfaits.

 C’est ma conviction profonde : AGIR avec le cœur car, l’amour réconforte, l’amour panse les blessures, l’amour guérit, l’amour apaise la violence, l’amour est sagesse, l’amour est liberté.

Soyons Amour, vivons-le intensément, prions et bénissons.

Michelle Gérel

Cette Eglise que nous aimons

Seigneur Jésus, nous contemplons

Cette Église que nous aimons

Avec ses limites et ses richesses

C’est notre mère

C’est pourquoi nous la respectons,

Tout en rêvant qu’elle soit toujours plus belle

Aide-nous Seigneur, à construire une Église

Où il fait bon vivre,

où l’on peut respirer,

Dire ce que l’on pense.

Une Église de liberté.[…]

Qu’avec Toi, Seigneur,

Nous sachions faire une Église

Qui accueille au lieu de juger,

Qui pardonne sans vouloir condamner,

Qui annonce plutôt que de dénoncer.

Une Église de miséricorde

Dans cette Église ouverte, Esprit Saint,

Tu nous donneras l’audace de faire du neuf.

Et puis chacun pourra prier dans sa langue,

S’exprimer dans sa culture,

Et exister avec son histoire.

Une Église dont le peuple dira

Non pas : voyez comme ils sont organisés !

Mais : voyez comme ils s’aiment

Église d’ici et de partout,

Église des banlieues, des rues et des cités,

Tu es encore petite, mais tu avances.

Tu es encore fragile, mais tu espères.

Lève la tête et regarde : le Seigneur est avec toi.

Mgr Guy Deroubaix

Chemin de Pâques

Seigneur, mon Dieu

Depuis le jour de mon baptême,

Je chemine avec Toi.

Tu es l’ami de mes jours de soleil

Et de mes nuits de brouillard,

C’est Toi que j’ai choisi,

Aide-moi à T’aimer et à te rester fidèle !

Toi, jamais Tu ne m’abandonnes,

Tu es la lumière qui m’éclaire,

même au cœur des ténèbres.

Tu es la source qui rafraîchit,

Qui coule en moi et me redonne vie.

Ton amour pour moi est si grand

Que même la mort ne T’arrête pas.

Tu es le chemin,

Tu es la vie nouvelle !

Donne-moi, Seigneur,

Sur mon chemin de Pâques,

D’oser vivre Ta Parole,

Celle qui donne vie,

Celle qui ouvre l’horizon,

Celle qui repousse les ténèbres,

Celle qui met l’homme debout.

Donne-moi, Seigneur,

Sur mon chemin de Pâques

D’oser partager ta Parole,

Avec Espérance et Joie.

Amen

Des vacances, pour quoi faire ?

Pour faire ensemble, avec la tête,
avec les bras, avec les jambes…
Construire ou marcher,
se sentir enfin exister…
Faire avec son cœur…

Des vacances pour créer !

Pour apprendre, réfléchir…
Tout le monde apprend et réfléchit…
Chacun dans son domaine, dans sa sphère…
Mais que se passe-t-il ailleurs ?
Les vacances : temps d’ouverture…

Des vacances pour s’ouvrir au monde !

Pour se reposer, pour se parler…
La course folle de la vie nous emporte…
On ne sait plus très bien où, ni pourquoi…
La solitude, le matérialisme nous guettent…
Notre vie a besoin d’un supplément d’âme…
Besoin d’en parler… d’être écouté…

Des vacances pour aimer !

Pour faire silence, méditer…
La vie est une vaste bousculade :
on vit à 100 à l’heure !
Pourtant au fond de nous demeurent
les questions éternelles…
Celles que tout le monde finit par se poser…
Mais sans s’y arrêter !
Les vacances : un temps fort pour vivre plus,
Pour se mettre à l’écoute d’un Autre…

Des vacances pour prier !info document -  voir en grand cette image

Emmaüs

Emmaüs

Souviens-toi de cette maison à Emmaüs,
Et du bout du chemin qui y conduit
Quand on vient de la grand ’route.
Souviens-toi de ceux qu’un soir
Tu abordas là-bas,
Souviens-toi de leurs cœurs abattus,
Souviens-toi de tes paroles
Qui les brûlèrent,
Souviens-toi du feu dans l’âtre
Auprès duquel vous vous êtes assis,
Et d’où ils se relevèrent transformés,
Et d’où ils partirent
Vers les prouesses d’amour…

Regarde-nous
Vois, nous sommes tous
Pèlerins d’Emmaüs,
Nous sommes tous
Des hommes qui peinent
Dans l’obscurité du soir.
Nous sommes tous des cœurs lâches, nous aussi.
Viens sur notre chemin,
Brûle-nous le cœur à nous aussi.
Entre avec nous
T’asseoir à notre Feu,
Et qu’exultant de joie triomphale,
À notre tour, nous nous relevions
Pour bondir révéler la joie
À tout homme au monde,
En l’Amour à jamais,
Jusqu’à notre dernier souffle.

Abbé Pierre

Espérer

Quand il n’y a plus de chemin
Pour aller nulle part ;
Quand le dernier bateau a quitté le rivage
Où nous accule le destin
Quand toutes nos illusions
ont fait naufrage…
Alors, allumer un phare, planter un arbre
Ou construire une barque,
C’est croire que tout reste possible,
c’est ESPERER.

Quand la joie est trop forte
En ces matins où l’infini se palpe
Dans la poussière du soleil…
Quand le bonheur semble harmonie
Avec l’essence de l’Univers ;
Quand le cœur va éclater
Comme une source nouvelle…
Alors, croire que l’instant
peut devenir durée,
Croire que la joie sera plénitude
Et que la vie vivra « toujours » :
c’est ESPERER.

Car l’espérance vit par-delà les élans,
Les désirs, les espoirs.
L’espérance croit en l’avenir de l’homme,
Au sens de l’histoire qui grandit
au rythme de Dieu.
L’espérance :
Éternels jaillissements,
Perpétuelles naissances
Qui font surgir le visage de Jésus ressuscité
dans l’attente des Hommes.

Gaston Lecleir

Groupes de prières

  Sommaire  

 Coëtmieux

  • Le premier dimanche de chaque mois à 10h30, selon le temps liturgique , assemblée de louanges à l’église : chants de psaumes,
    échanges à partir du texte de l’évangile du jour, partage de la vie autour d’un verre de l’amitié.

 Lamballe

  • Chapelet médité, chez les sœurs de St Thomas de Villeneuve, chaque premier lundi du mois à 15h.
  • Temps d’Adoration Le 1er vendredi de chaque mois à 18h à l’église St Martin ,un temps d’adoration est proposé. Dans le Saint Sacrement, Jésus nous attend pour un temps de prière silencieuse avec Lui , une façon de témoigner notre amour pour Lui .
  • Prière des Mères Un groupe de femmes, mères ou grands mères, célibataires ou mariées se réunissent une fois par semaine chez l’une d’entre elles le jeudi à 14h 30 afin de méditer, prier pour leurs enfants , petits enfants et pour la conversion du monde .
    Contact : Maryvonne ROUXEL 02 96 31 98 46
  • Réjouis -Toi La communauté « Rejouis-Toi » ,née en 1977 à Coutances est une communauté de prière et de partage au service de l’évangélisation .En communion avec différents groupes de prière du diocèse , les membres (adultes, mariés ou célibataires, jeunes et enfants, diacres et prêtres)s’engagent à ouvrir leur cœur à l’Esprit d’Amour par la prière, le partage fraternel des biens mais aussi des joies et des peines et à témoigner de la présence vivante du Seigneur dans le monde Rencontres le 2e samedi du mois à la Maison Paroissiale de 15h30 à 21 h
    Contact : Maryvonne ROUXEL 02 96 31 98 46

Je voudrais allumer des étoiles

Pour que le monde soit plus beau

SEIGNEUR

Je voudrais allumer des étoiles

dans la nuit.

Une étoile du Regard

Pour un peu de lumière dans le cœur

De ceux et celles

À qui personne ne fait jamais attention.

Une étoile d’Écoute

Pour un peu de chaleur

dans le cœur

De ceux et celles

À qui personne ne donne du temps.

Une étoile de Service

Pour un peu de partage

Avec des mains qui se tendent,

Qui travaillent,

qui nous entourent.

Une étoile de Parfum

Pour respirer à fond la vie,

Pour admirer et ressentir

Les merveilles qui nous entourent.

Je voudrais,

SEIGNEUR,

Allumer quelques étoiles

Pour conduire le monde jusqu’à toi.

Auteur anonyme

Journée continue de prières .

L’adoration est l’expression de notre émerveillement, de notre joie et de notre reconnaissance de ce que Dieu a fait pour nous.

Elle se manifeste de bien des manières et toutes les religions ont leur forme d’adoration (prosternation, intériorisation).

Les chrétiens ont l’insigne privilège de la présence réelle de Dieu dans l’hostie consacrée. A la messe, lorsque les paroles du Christ ont transformé le pain et le vin en son Corps et son Sang, Dieu est là en se rendant visible.

Depuis le haut Moyen Âge, les chrétiens ont développé le culte de la présence réelle : élévation de l’hostie consacrée (pour l’adorer) et adoration du Saint Sacrement en dehors de la messe (l’eucharistie est en effet le « sacrement des sacrements : Saint Sacrement »).

Il s’agit d’adorer Dieu qui est là devant nous, de se laisser enseigner par cette présence et, si l’Esprit Saint nous l’inspire, de lui dire notre amour en lui révélant le fond de notre cœur.

La louange : un marché gagnant

La louange est la forme de prière qui reconnaît le plus immédiatement que Dieu est Dieu ! Elle le chante pour Lui-même, elle lui rend gloire, au-delà de ce qu’il fait, parce qu’IL EST. […] Par elle, l’Esprit se joint à notre esprit pour témoigner que nous sommes enfants de Dieu (cf. Rm 8,16), il rend témoignage au Fils unique en qui nous sommes adoptés et par qui nous glorifions le Père.[…]

Alors que nous avons les uns et les autres offert nos vœux à tous ceux que nous rencontrons, souhaité mille et une choses, le marché sur lequel nous sommes certains de pouvoir miser pleinement est bien celui de la louange. Comme dirait le spéculateur : c’est un marché gagnant.

 La louange est la plus haute forme de la prière.

La Parole de Dieu nous dit : Dieu entend les prières de supplication, mais aussi Dieu habite la louange des hommes (Ps 22, 4).

Dieu agit puissamment !

C’est-à-dire que Dieu écoute nos demandes, qu’il est là en nous, dans notre cœur, pendant notre louange et action de grâce !
Fixons maintenant notre regard dans l’action de grâce vers Celui qui est Amour ! Qui s’est donné entièrement pour nous afin que nous soyons sauvés. Par notre prière de louange, Dieu nous protège, nous visite, nous guérit, nous console, nous exauce… bref, Dieu agit puissamment !
La louange fait descendre Dieu dans notre vie, dans notre corps. Hallelou-Ya ! (Alléluia), signifie Louez le Seigneur ! Les psaumes nous invitent également à louer le Seigneur. Rappelez-vous du petit David qui gardait ses moutons.
La louange nous libère et ouvre les portes de notre cœur ! Humainement, je n’ai pas le droit d’exiger de l’autre (même mon mari, mon enfant… chacun est libre). Cependant Dieu m’appelle à aimer mon prochain inconditionnellement, sans rien exiger en retour.

 Alors comment faire ?

Je vais laisser Dieu visiter et changer mon propre cœur. Je vais laisser Dieu me convertir et me transformer afin de n’être plus qu’un instrument de louange, de paix et de réconciliation. Dieu va changer mon regard, mes pensées, mes paroles, mes gestes…

Lorsque je change, le monde change autour de moi !

Alors, la « métamorphose » se produit… « ce n’est plus moi qui vit, mais c’est le Christ qui vit en moi ». Lorsque je change, le monde change autour de moi ! Je n’ai plus la même vision !
Une situation qui était difficile s’élucide petit à petit, on apprend à prendre du recul , on relativise car Dieu vit en nous et nous donne une certaine confiance, de la sérénité, une espérance .

N’oublions pas non plus d’invoquer l’Esprit Saint, il peut prendre le relais et nous aider d’une certaine manière, à continuer cette louange. Il nous permet d’oser, d’avoir l’écoute, la Parole du moment.
J’oserais même dire qu’avec l’Esprit-Saint c’est comme si nous étions en conduite accompagnée de façon permanente. Il est là présent à mes côtés, me laisse libre mais me permet aussi par son intercession d’être dans le vrai, d’être attentif, solidaire, charitable. Comme Dieu vient me convertir si je sais ouvrir mon cœur, l’Esprit-Saint agira en moi si je sais lui laisser place, si je parviens à m’effacer pour le laisser « travailler » à me façonner.
Notre vie est un temple toujours disponible pour y faire monter notre louange, où que nous soyons. Subtilement, nous sommes en mesure de louer le Seigneur avec nos propres mots, laissons notre cœur s’exprimer, Dieu a fait pour nous des merveilles ! Pour conclure, les chrétiens réunis forment ensemble aussi le temple du Saint-Esprit (Ép 2.22). Tout rassemblement devrait être occasion de louange !
Ne faut-il pas éliminer de notre vie tout ce qui attriste le Saint-Esprit et pollue notre être au point de ne plus penser ou vouloir louer Dieu ?
Autrement dit, dans notre vie de tous les jours :

  • écoutons ce qui encourage à la louange,
  • refusons ce qui tue la louange.

Si la louange est un état d’esprit quotidien, les rassemblements seront tout naturellement des concerts de louange et, à plus forte raison, le culte du dimanche.

Michelle Gérel
animatrice LME

La Paix Viendra

La Paix Viendra
Si tu crois qu’un sourire est plus fort qu’une arme,
Si tu crois à la puissance d’une main offerte,
Si tu crois que ce qui rassemble les hommes
est plus important que ce qui divise.
Si tu crois qu’être différent est une richesse
et non pas un danger,
Si tu sais regarder l’autre avec un brin d’amour,
Si tu préfères l’espérance au soupçon,
Si tu estimes que c’est à toi de faire
le premier pas, plutôt qu’à l’autre,
Alors, la paix viendra !

Si le regard d’un enfant parvient
encore à désarmer ton cœur,
Si tu peux te réjouir de la joie de ton voisin,
Si l’injustice qui frappe les autres te révolte
autant que celle que tu subis,
Si pour toi l’étranger est un frère
qui t’est proposé,
Si tu sais donner gratuitement un peu
de ton temps par amour,
Si tu acceptes qu’un autre te rende service,
Alors, la paix viendra !

Texte proposé par des résidents d’une maison de retraite

La prière du Pape François pour les victimes du terrorisme

En cette fin d’après-midi du samedi 30 juillet 2016, vers 18h, avant de se rendre au “Campus Misericordiae” pour la Veillée de prière avec les jeunes, le Saint-Père a accompli une brève visite dans l’église de Saint-François de Cracovie, où sont vénérées les reliques des deux martyrs franciscains Zbigniew Strzałkowski et Michał Tomaszek. Ces deux prêtres polonais ont été tués par les miliciens du Sentier lumineux le 9 août 1995 à Pariacoto au Pérou, et ont été béatifiés le 5 décembre 2015, avec le prêtre italien Alessandro Dordi, du diocèse de Bergame.
Le Pape a récité une « prière pour la paix et la protection contre la violence et le terrorisme ».

Voici une traduction complète de la prière prononcée par le Pape François :

« Ô Dieu tout-puissant et miséricordieux, Seigneur de l’Univers et de l’histoire. Tout ce que tu as créé est bon, et Ta compassion pour les erreurs de l’homme est inépuisable.
Aujourd’hui nous venons à Toi pour Te demander de conserver le monde et ses habitants dans la paix, d’éloigner d’eux l’onde dévastatrice du terrorisme, de ramener l’amitié et d’infuser dans les cœurs de Tes créatures le don de la confiance et de la disponibilité à pardonner.
Ô donneur de la vie, nous Te prions aussi pour tous ceux qui sont morts, victimes de brutales attaques terroristes. Donne-leur une récompense éternelle. Qu’ils intercèdent pour le monde, déchiré par les conflits et les inégalités.
Ô Jésus, Prince de la Paix, nous Te prions pour ceux qui ont été blessés dans ces actes de violence inhumaine : enfants et jeunes, femmes et hommes, personnes âgées, personnes innocentes impliquées seulement par la fatalité du mal. Guéris leur corps et leur cœur et console-les avec Ta force, en annulant en même temps la haine et le désir de vengeance.
Esprit Saint consolateur, visite les familles des victimes du terrorisme, des familles qui souffrent sans être fautives. Enveloppe-les avec le manteau de Ta miséricorde divine. Fais qu’elles retrouvent en Toi et en elles-mêmes la force et le courage pour continuer à être frères et sœurs pour les autres, surtout pour les immigrés, en témoignant de Ton amour avec leur vie.
Touche les cœurs des terroristes, afin qu’ils reconnaissent le mal de leurs actions et reviennent sur la voie de la paix et du bien, du respect de la vie et de la dignité de chaque homme, indépendamment de la religion, de la provenance, de la richesse ou de la pauvreté.
Ô Dieu, Père Éternel, exauce dans Ta Miséricorde la prière que nous élevons à Toi entre le fracas et le désespoir du monde. Nous nous adressons à Toi avec grande espérance, pleins de confiance dans Ton infinie Miséricorde, en nous confiant à l’intercession de Ta Très Sainte Mère, rend-nous forts dans l’exemple des bienheureux martyrs du Pérou, Zbigniew et Michał, que tu as rendu valeureux témoins de l’Évangile, au point qu’ils ont offert leur sang, et demandons le don de la paix et l’éloignement de nous de la plaie du terrorisme.
Par le Christ notre Seigneur.
Amen. »

Le fil rouge de la vie.

La parole de Dieu.

« En effet d’après l’écriture, les apôtres n’avaient pas vu qu’il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts. »

Evangile selon Saint Jean, chapitre 20, verset 9

« D’après l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts. » Cette parole peut nous paraître énigmatique. D’autant plus que nous pourrions méditer, en ce matin de Pâques, une parole plus triomphante ! Pourtant laissons-nous conduire. Le Seigneur désire toucher notre vie en profondeur.
Que s’est-il passé ? Marie-Madeleine annonce à Pierre et à l’autre disciple - la tradition l’appelle Jean - que le tombeau est vide.Vite, les deux apôtres courent au tombeau. Oui, il est vide. Pardonnez les détails : il est vide, celui qui est parti a pris soin de tout ranger, calmement, tout est en ordre. Ce n’est donc point un enlèvement : si ce l’était, on aurait pris le corps du mort avec le suaire, sans quoi il eût été intransportable.

Jean, qui est entré après Pierre, voit. « Il vit et il crut », dit l’évangile. Que s’est-il passé ? Il voit le tombeau de Jésus ainsi disposé, les Écritures viennent l’éclairer : les prophètes, les psaumes, tout vient à son secours pour qu’il puisse comprendre ce qu’il voit. Il voit et il croit que ce Jésus qu’il a suivi depuis le début est bien celui que Dieu a envoyé, le Messie dont Pierre a proclamé la divinité ; Jésus est bien le Fils de Dieu, Jésus est bien celui qui sauve le peuple, tous les peuples. Les Écritures montrent à Jean que Dieu, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, leur Dieu, donne sens à l’histoire humaine toute entière. Toute l’histoire biblique éclaire Jean car elle trouve sa cohérence en ce tombeau vide.

Voilà un chemin particulier. Il nous rejoint. La vie est pour nous tous un long chemin dont nous ne comprenons pas tous les méandres… Bien des événements nous semblent parfois ne contenir aucun sens particulier. D’autres, dont le souvenir nous est pénible, chargent notre conscience de regrets, de remords, de révoltes peut-être et il nous aura fallu bien des années pour trouver un peu de paix. D’autres souvenirs sont source de joie : voilà qu’un jour, au détour d’une lecture, d’une rencontre, d’une prière, ces événements, obscurs et lourds, joyeux et lumineux, s’éclairent ; un allègement se produit. Nous trouvons le fil rouge de notre vie. Tout devient lumineux. On sait pourquoi on est né ! Expérience de résurrection. Notre vie a un sens, une cohérence, elle ne court pas au hasard !

Pouvons-nous dire davantage ? Oui, il le faut. Pour Jésus, que veut dire ici qu’il est ressuscité ? Sa vie, sa passion, sa mort, tout cela a un sens : il nous a aimés jusqu’au bout. Son amour pour nous a présidé à tout. Il « fallait » qu’il fasse tout ce chemin : l’amour appelle à toujours se donner tout entier pour ceux que l’on aime, sinon il n’y pas d’amour durable. Or Jésus, le Fils de Dieu s’est donné tout entier.

Il en est de même pour nous. Lorsque nous découvrons le fil rouge de notre vie, qu’enfin nous entrevoyons pourquoi tout cela est arrivé… c’est toujours un appel à aimer. L’amour pour les autres donne sens à tout. Un élan de vie surgit, expérience de résurrection.

Demeure un mystère. « Il est ressuscité d’entre les morts ». Ce que j’ai dit est encore bien court. Il est ressuscité, qu’est-ce à dire ? Il est passé dans la vie ; son corps, notre corps humain, est entièrement emporté dans la lumière, tout de lui est en Dieu, il s’est assis à la droite du Père. Nos mots sont pauvres, mais ils sont vrais. Et, par le Saint Esprit, nous sommes tous corps du Christ, entrés définitivement en Dieu, nous sommes sauvés. Les expériences que je vous ai décrites sont des avant-goûts, les prémices de notre émerveillement devant le salut de Dieu.

Dans les évangiles, il y a d’autres récits relatant l’expérience de disciples découvrant le Seigneur ressuscité. Récit de Marie-Madeleine reconnaissant Jésus lorsqu’il prononce son nom, expérience d’une femme reconnue en son être profond. Récit des disciples reconnaissant Jésus à ses plaies : Jésus montre ainsi qu’il a souffert non à cause de nous - nous aurions une
religion de reproche - mais qu’il a souffert par amour pour nous, et notre religion est celle de la miséricorde. Récit de l’apparition à Thomas, celui qui a tant de mal à croire et qui pourtant confessera la foi tout entière, bien plus que tous les autres, il dira : « mon Seigneur et mon Dieu ». Vous le voyez, il y a bien des chemins pour entrer dans la joie de la résurrection du Seigneur.
Chemins de Pierre et de Jean aujourd’hui… Vos chemins, le mien, sont toujours ceux de Dieu.

Bonne fête de Pâques ! Christ est ressuscité ! Alléluia !

Traduction liturgique de la Bible : ©AELF - Paris - Tous droits réservés.

Le mot du jour : prière du passant

Me voici devant toi seigneur ! Pourquoi ?
Je ne sais pas très bien. L’église était ouverte… je suis entré j’ai fait le tour et puis j’ai pensé à toi.

Toi, Dieu, que j’ai peut-être oublié mais qui demeures au plus profond de moi. Je me rappelle que tu m as créé à ta ressemblance. Et cette marque en moi, elle est toujours présente … même si je n’y pense pas.

Oui, C’est peut-être Toi qui m’ as fait un petit signe discret mais amical. Alors que dire ?

Oh peut-être rien. Simplement passer quelques instants devant Toi, puisque j’ai le temps, je suis de passage ! Jésus, ton fils a bien passé plus de trente années de sa vie avec nous. Alors je peux prendre quelques instants.

Oui, réveille en moi ta présence, ton Amour, ta joie, ta fidélité, ton pardon.

Et puis j’en profite pour te dire tout ce que j’ai au fond du cœur : mes joies, mes espérances, mes soucis, mes inquiétudes, mes peines, mes échecs. Oui je te confie tout ce que je suis, tout ce que je voudrais être. Je te confie aussi ceux que j’aime, ceux que j’ai beaucoup de mal à aimer. Je te confie le monde : ses grandeurs, ses misères.

Tu vois Seigneur, ça fait du bien de prendre un petit moment pour se rencontrer, pour se parler. Au fond ce n’est pas plus compliqué que ça de parler avec Toi ! Après tout on est de la même famille : Tu es mon père, je suis ton enfant…

J’essaierai, même quand je ne serais plus passant, de recommencer de causer avec Toi.

Seigneur, je te dis au revoir, parce qu’un passant ne reste pas longtemps à la même place… sinon il n’est plus un passant !

Mais Seigneur tu peux m’accompagner, marcher avec moi, tu es si discret que personne ne te verra, mais moi je saurai que Tu es toujours avec moi…

Les merveilles de chaque jour

Prière proposée par le site coopdonbosco

Lumière pour veiller

Trop d’obscurité

détruit l’espérance.

Dans l’obscurité

de la guerre et des haines,

De la faim,

du mépris

et de l’exclusion,

Comment espérer

que se lèvera le jour

d’un monde fraternel,

enfin vivant ?

Il nous faut une lumière

qui transforme

ces nuits en jour

et nous tienne éveillés,

debout,

pour apporter

la réconciliation

partout où les haines

et les guerres divisent ;

Pour rassasier de pain

et d’amour

ceux qui ont faim

de justice ;

Pour offrir l’amitié

et le respect

À ceux qui subissent

le rejet et le mépris ;

pour allumer

dans toutes les nuits

du désespoir

la lumière de l’espérance

et du triomphe de la vie.

Le Christ Jésus,

qui est venu et qui vient

Est la lumière

qui nous empêche

de nous endormir,

qui éclaire les chemins

à tracer

au sein de l’obscurité

et remet debout

nos cœurs

et nos corps fatigués.

Marie

Marie

Marie douce et Marie tendre,

Ne te fais pas trop attendre.

Marie d’attente, Marie d’accueil,

Tiens-nous de guet sur notre seuil.

Marie silence et Marie sans bruit,

Donne aux tendresses un goût garanti.

Marie des rues, Marie des places,

Retiens pour nous le temps qui passe.

Marie minuit, Marie midi,

Fais-nous entendre ce que tu dis.

Marie des pauvres et des apôtres,

Donne-nous des mots pour écouter l’autre.

Marie des simples et des petits,

Donne à nos joies de l’appétit.

Marie de chair et Marie d’esprit,

Entre les femmes tu es bénie.

Père Jean Debruynne

Merci

Apprends-moi, Seigneur, à dire merci
sans réserves et sans arrêts,
jusqu’à mon dernier soupir.

Merci pour le pain, le vent,
la terre et l’eau.
Merci pour la musique et pour le silence.
Merci pour le miracle
de chaque nouveau jour.
Merci pour les gestes
et les mots de la tendresse.

Merci pour l’attention et les délicatesses.
Merci pour les rires et pour les sourires.
Merci pour tout ce qui m’aide à vivre
malgré les souffrances et les détresses,
malgré les révoltes et les échecs.
Merci à tous ceux
que j’aime et qui m’aiment.

Et que ces mille mercis se transforment
en une immense action de grâces
quand je me tourne vers Toi,
la source de toute grâce
et le rocher de ma vie.
Merci pour ton amour sans limites.
Merci pour la paix qui vient de Toi.
Merci pour le pain de l’Eucharistie.
Merci pour la liberté que Tu nous donnes.

Avec mes frères je proclame
ta louange pour notre vie
qui est entre tes mains,
pour nos âmes qui te sont confiées,
pour les bienfaits dont tu nous combles
et que nous ne savons pas toujours voir.

Jean-Pierre Dubois-Dumée
Église d’Arras

Prendre le temps de la prière

Fais, mon Dieu,
Que tu marches avec moi dans le silence,
Que je te trouve au coin d’une chapelle
Que je te cherche
Dans les rencontres que je ferai.
Que je te prenne dans mon sac,
Sous la forme d’un poème,
D’un crucifix ou d’une image.
Fais que je rencontre quelqu’un
Qui m’invite à prier
Ou que j’ose moi-même
Proposer le partage d’un psaume de louange.
Je t’emmène avec moi,
Dans mon bateau ou dans mon sac à dos
Car tu aimes l’aventure de ma vie
Tu veux la vivre avec moi,
Tu n’aimes pas les vacances banales,
Tu n’as pas débranché ton portable
Et ton abonnement court toujours,
en Juillet-Août.

Si par hasard,
Ma route va à Lourdes ou à Cracovie,
Je penserai bien fort
à ceux de mes amis
qui t’auront oublié
afin qu’à la rentrée
ton invitation
les surprenne
ou les remette en route.

Auteur inconnu

Prier

Prier, ce n’est pas parler à Dieu,
c’est écouter Dieu qui me parle.

Prier, ce n’est pas demander à Dieu,
mais recevoir ce qu’il veut me donner.

Prier, ce n’est pas être exaucé par Dieu,
mais exaucer Dieu qui me prie.

Prier, ce n’est pas demander pardon à Dieu,
mais m’ouvrir à celui qui me prie.

Prier, ce n’est pas demander pardon à Dieu,
mais m’ouvrir à celui qu’il me propose.

Prier, ce n’est pas m’offrir à Dieu,
c’est l’accueillir dans l’offrande qu’il me fait de lui.

Prier, c’est mourir et ressusciter.

L. Evely

Prier et réfléchir pendant le carême

Pour ce Carême   2013, une marche spirituelle quotidienne avec cinq témoins dont la foi et l’engagement ont marqué leur époque.

Année de la foi,

  • En marche vers Pâques avec de grands témoins
    Découvrez une personnalité d’exception par semaine, sa pensée, sa prière, sa relation à Dieu, son rapport à l’Eglise.
    http://careme.croire.com/2013/fr/accueil
  • Le cœur de Retraite dans la Ville est le couvent des frères dominicains de Lille. Avec eux, la famille dominicaine, constituée de frères, de sœurs, de laïcs sont au rendez-vous pour vous accompagner chaque jour sur le chemin de Pâques.
    http://www.caremedanslaville.org
  • les 7 péchés capitaux dans « la Foi prise au mot carême   » sur KTO et Youtube

Prier le Rosaire

Au cours de ce mois, nous sommes invités à prier Marie avec le chapelet.
Lors du pèlerinage diocésain de Lourdes 2012, Serge Kerrien a fait une catéchèse sur le Rosaire.

Historique

Il ne savait ni lire, ni écrire. Et chaque office dans son monastère lui était insupportable. Il restait muet pendant que les autres chantaient les psaumes. Un jour, il eut une idée. Puisqu’il ne pouvait pas prier avec les mots de tout le monde, il prierait à sa manière. La nuit suivante, quand toute la communauté fut endormie, il descendit à la chapelle, enleva son habit de moine et se mit à jongler devant la statue de la Vierge Marie. Il ne savait ni lire ni écrire, mais il savait jongler. Tout son corps devint prière et il offrit à Marie ce qu’il avait de plus beau. Au bout de plusieurs heures, il s’effondra, épuisé, mais le cœur plein du bonheur d’avoir prié enfin avec ce qu’il savait offrir. Désormais, chaque nuit il descendait à la chapelle. La joie de sa prière avait transformé sa vie et ça se voyait. Le Père Abbé finit par soupçonner quelque chose. Il épia son moine et, une nuit, il découvrit le pot aux roses. Le lendemain le pauvre moine se faisait rappeler à l’ordre : sa prière était indigne ; il fallait immédiatement arrêter. Le moine obéit mais quelques jours plus tard, n’y tenant plus, il recommençait son manège. Il ignorait que le Père Abbé l’épiait toujours. Il se décida à intervenir en prenant le moine en flagrant délit. Il allait sortir de sa cachette au moment où le moine s’effondrait en sueur après avoir réalisé son numéro devant la Vierge Marie. Il n’en eut pas le temps : la Vierge venait d’ôter son manteau pour en recouvrir le moine et éviter qu’il prenne froid. Le Père Abbé comprit. Marie lui signifiait que toute forme de prière est belle lorsqu’elle révèle la vérité du cœur.

Pourquoi vous raconter cette histoire du « Jongleur de Notre Dame » ? Parce qu’il y a entre le Rosaire et ce conte d’étonnantes similitudes.

Nous sommes au début du Moyen Age. La vie monastique est en plein essor. Les moines se divisent en deux catégories : les savants, souvent prêtres, connaissent le latin et chantent les psaumes qu’ils savent lire ; les frères lais ne savent ni lire ni écrire, s’occupent des travaux les plus humbles et les plus durs et, à l’office, se contentent d’écouter. Ils connaissent quelques prières, dont le Notre Père. Alors l’idée leur vient de réciter 150 Notre Père à la place des 150 psaumes de l’office monastique. Et pour pouvoir en compter le nombre exact, on invente le chapelet. Ainsi les plus pauvres pouvaient à leur manière et de tout leur cœur, s’unir à la prière de l’Eglise. Au 12e siècle, le « Je vous salue Marie » remplaça le Notre Père. Le Rosaire était né. Sa récitation, divisée en 3 groupes de 50 « Je vous salue Marie », (le chapelet), chaque groupe étant lui-même divisé en 5 groupes de 10 (les dizaines). Trois séries de mystères (joyeux, douloureux, glorieux) concernant Jésus et Marie donnaient le ton à la prière. Au 13e siècle, Saint Dominique rendit le Rosaire très populaire. Jean-Paul II y a ajouté une nouvelle série des mystères lumineux.

Le rosaire n’est pas une pauvre prière

On pourrait, comme le Père Abbé du moine jongleur, trouver que la prière du Rosaire est bien pauvre. Répéter ainsi des « Je vous salue Marie », à quoi cela peut il bien servir ?

On pourrait penser que c’est vraiment la prière pour les nuls ! On aurait tort de considérer ainsi le Rosaire. S’il est la prière créée par les plus pauvres, le Rosaire n’est pas une pauvre prière.

C’est une prière essentiellement contemplative qui par son rythme calme et le temps qu’elle donne, permet au chrétien de méditer les mystères du Seigneur et d’aller ainsi se ressourcer au cœur de la foi.

C’est une prière qui se nourrit de la Parole de Dieu puisque chaque mystère nous renvoie à un passage de l’Evangile que l’on peut lire pour nourrir la méditation.

C’est une prière que l’on peut distribuer au long de la semaine, pour méditer chaque jour l’un ou l’autre des mystères.

Enfin, c’est une prière qui ne s’enferme pas sur elle-même. Elle ne nous enferme pas puisque chaque dizaine peut s’ouvrir aux intentions de prières que notre cœur porte.

Le Rosaire est un chemin

Bien comprise, la prière du Rosaire est un chemin que Marie nous offre et par lequel elle nous conduit à garder dans nos cœurs la Bonne Nouvelle et à la méditer. Elle est un geste de solidarité   qui nous met en lien avec la prière des psaumes, prière de l’Eglise. Chaque grain du chapelet est comme un caillou où poser nos pas sur notre route vers Dieu. Chaque grain est comme un grain d’encens que notre amour de Marie brûle pour Dieu.Bien compris et bien prié, le Rosaire est ce chemin de roses qui nous conduit avec Marie, au mystère de Dieu. Et ce chemin, chacun d’entre nous peut le faire. Le Rosaire n’est pas seulement la prière des humbles, des petits ; il est aussi la prière de ces jours où la fatigue, la maladie, le découragement m’empêchent de trouver les mots de la prière. Les mots me sont alors donnés pour contempler avec Marie le visage du Christ.

Le Rosaire fait de chacun un missionnaire

Enfin, le Rosaire est une prière qui fait de chacun un missionnaire, même s’il est cloué au lit par la maladie ou le handicap. Et je pense à vous, frères et sœurs malades ou handicapés. Vous pouvez avoir l’impression d’être inutiles, de ne plus servir à rien.

Pourtant, votre prière est indispensable ; notre Eglise a besoin de vous ; vos communautés ont besoin de votre prière. Vous pouvez dire le chapelet et, alors, être solidaires de vos frères chrétiens, de votre paroisse, de la prière de l’Eglise. Quelle que soit notre situation, nous pouvons toujours communier aux hommes et aux femmes de notre temps, porter leurs joies, leurs espérances et leurs souffrances et annoncer, comme Marie, que le salut est donné à tous.

Prière du pauvre, le Rosaire ne saurait être une pauvre prière.
Bouquet de roses, buisson de lumière, il illumine nos vies de la bonne odeur de l’amour de Dieu. Il fait de nous les fleuristes de la Bonne Nouvelle.

Amen.
Serge Kerrien

Prier Marie avec le chapelet


Le Rosaire est une prière qui aide à mieux connaître le Christ.

Au cours du mois de mai, certains relais proposent des temps de prière avec le chapelet.

  • Morieux : Chapelet médité les lundi 13 et 27 mai, 18h à l’église St Gobrien.
  • Penguily-La Malhoure :
    Chapelet le vendredi 10 mai à 15h, église de Penguily.
    Chapelet le vendredi 24 mai à 15h, église de la Mal-houre.
  • Lamballe : Chapelet médité le lundi 6 mai à 15h, cha-pelle des soeurs de St Thomas.
  • Maroué-Landéhen  : Chapelet avant les messes
    (à 17h30) du lundi et du jeudi.

Prière

« Comme tu voudras, Seigneur »

Seigneur, c’est dans la joie et la confiance
que je t’offre cette année qui commence.

Que sera-t-elle pour moi ?
Que me réservent tous ces longs mois ?
Autant de questions que je ne veux plus me poser.
Toi, tu connais les réponses, c’est le principal. Pourquoi vouloir deviner ?

Dans la joie, je t’offre cette année
avec tout ce que tu m’apporteras.
Dans la confiance, je t’offre ma bonne volonté
car tu as encore beaucoup de choses à me demander.

Je sais bien que je me heurterai souvent
au découragement et à l’indifférence.
Mais si tu me donnes ta force et ta grâce,
alors, je te dis au début de cette année nouvelle :
comme tu voudras, Seigneur.

Lu sur le site Port Saint-Nicolas

Prière

Valentin, mais qui es-tu ? Pour proclamer ainsi que l’amour est une vertu à pratiquer sans bruit…

La Saint valentin

Valentin, mais qui es-tu ?
Pour proclamer ainsi
Que l’amour est une vertu
À pratiquer sans bruit

Mais amoureux de quoi ?
Et amoureux de qui ?
L’amour n’a pas de loi
C’est un don de l’Esprit.

« Aimez-vous les uns les autres »
Nous a demandé Jésus.
Soyons donc les apôtres
De ce beau message reçu.

Dansons, chantons, aimons,
Loin de toute haine.
Que dans chaque chanson,
Valentin nous entraîne.

Une paroissienne

Prière de rentrée

Seigneur,

Me voici devant Toi

avec tout ce qui habite

mon esprit en ces temps de rentrée.

Après le repos,

le dépaysement des vacances,

les ressourcements de toutes sortes,

commence une nouvelle étape de ma vie.

Vois mes projets, ma bonne volonté,

mes incertitudes, mes craintes,

mes joies, mes peines,

mes désirs, mes limites.

Si parfois je traîne les pieds,

rappelle-moi la chance

de pouvoir espérer un avenir…

Un avenir, telle une page blanche

que je désire remplir de VIE.

Je crois, Seigneur, à ta Présence,

à ton sourire et à ta grâce.

Quand je ferai acte de liberté,

quand prendra forme au fil des jours

telle ou telle orientation,

telle ou telle décision, petite ou grande

je sais que là où je serai,

Tu seras avec moi.

Prière des internautes

Maintenant, que l’écran est déjà allumé

et le clavier attend seulement le toucher diligent de mes doigts,

je m’adresse à Toi, Seigneur,

dans la certitude que je vais aussi te rencontrer

sur ces chemins anonymes d’Internet

qui traversent le monde,

chemins créés par le besoin de l’homme

de communiquer avec les autres,

dans l’heureux propos de nier les distances.

Apprends-nous, Seigneur, à user de ce moyen avec profit et mesure

et aide-nous à éviter les périls de notre voyage :

que nous ne nous laissions pas étourdir par la surabondance des informations,

que les apparences trompeuses et vides ne nous leurrent pas,

que nous sachions nous éloigner de toute sorte d’esclavage indigne,

de l’aveuglement de la pensée univoque,

et du chemin sans visage de la déshumanisation.

Et enfin,

quand l’écran sera de nouveau éteint

et que nous aurons la vaine impression d’avoir appris quelque chose,

rappelle-nous que savoir et connaissance

sont bien plus que cette information fragmentaire

qui a passée fugacement devant nos yeux,

et que le monde sera toujours plus vaste

que ce qu’il nous a semblé comprendre,

car il atteint le plus profond de chaque homme

pour se perdre après dans l’horizon immense de ton cœur de Père.

Amen.

Juan V. Fernández de la Gala

Prière pour la Semaine Sainte

Pendant la semaine sainte, nous faisons mémoire de ces heures douloureuses de la passion du Christ qui l’ont mené vers un échec apparent. Puissions-nous reprendre confiance dans les jours difficiles de nos existences, en nous remettant au cœur sa proximité et la confiance à laquelle nous entraîne la résurrection.

Te contempler Jésus,

au soir de l’échec apparent de ta vie,

« Comme une plante chétive,

ni beau, ni brillant,

sans rien pour nous plaire »

Te reconnaître Jésus,

Étonnamment proche de moi,

dans ces crépuscules où je crois

que mon chemin est sans issue,

quand l’inquiétude ou la peine

se lisent sur mon visage,

Te retrouver encore Jésus,

dans l’attitude et l’apparence

de ces corps et ces cœurs

submergés de souffrance :

Ma mère sur son lit d’hôpital,

cet ami défiguré par la maladie,

ou égaré par la dépression.

Me laisser rejoindre par ton regard,

Jésus ressuscité.

Savoir que, pour toujours,

tu as traversé l’épreuve

de l’angoisse et de la mort.

Savoir que maintenant tu chemines avec nous,

dans la patience de nos route ordinaires.

Alberte DELISLE

Prière pour la troisième semaine de Carême

Seigneur, comme la Samaritaine,

je me tiens au bord du puits

tout près des eaux profondes,

là où Tu demeures sans que

j’en aie toujours conscience.

Je puise, je veille, j’espère et j’attends

Ta venue dans l’ordinaire des jours.

Alors, des profondeurs où j’ai puisé,

crié vers Toi, tant désiré,

j’ai vu la source devenir un fleuve d’eau vive.

Ce filet d’eau plein d’espérance,

entretenu jour après jour

dans l’ordinaire du temps,

s’est révélé Promesse de vie éternelle :

et voici qu’au pays de la soif,

l’eau a jailli et se répand.

Oui, Seigneur, tout en moi exulte

et renaît à ta venue, si imprévue

qu’elle me surprend.

Veille mon âme, au bord du puits,

le Seigneur t’attend

et te dit ’’Donne-moi à boire’’.

Prière pour le temps de Noël

Jésus, là où tu es né,
ta crèche n’était pas fermée.
Tu as voulu
que tout le monde puisse venir Te voir,
parce que Tu es venu pour tout le monde.

Avant que Tu naisses, Jésus,
Joseph et Marie n’avaient trouvé
que des maisons aux portes fermées :
fermées au secret de Dieu.
Ils ont trouvé ouverte une étable,
une pauvre étable

Aujourd’hui, Jésus,
Tu ne nais plus dans une étable
mais Tu veux naître, dire le secret de Dieu
dans toutes les maisons,
dans tous les cœurs.
Tu veux déposer le baiser de Dieu
sur tous les visages.
Tu veux des millions de crèches
pour habiter le monde.
Tu veux des millions de cœurs
pour donner ta paix sur la terre.
Tu veux des millions de visages
pour donner la paix de Dieu.
Tu veux des millions de Noëls
pour donner ton Noël.

Jésus, viens ouvrir nos maisons et nos cœurs
pour dire avec Toi :
Gloire à Dieu, notre Père !

Elie Maréchal

Prière pour notre terre

Prière du Pape François dans l’Encyclique Laudato Si’

Dieu Tout-Puissant
qui es présent dans tout l’univers
et dans la plus petite de tes créatures,
Toi qui entoures de ta tendresse
tout ce qui existe,
répands sur nous la force de ton amour
pour que nous protégions la vie et la beauté.

Inonde-nous de paix, pour que nous vivions
comme frères et sœurs
sans causer de dommages à personne.

Ô Dieu des pauvres,
aide-nous à secourir les abandonnés
et les oubliés de cette terre
qui valent tant à tes yeux.

Guéris nos vies,
pour que nous soyons
des protecteurs du monde
et non des prédateurs,
pour que nous semions la beauté
et non la pollution ni la destruction.

Touche les cœurs
de ceux qui cherchent seulement des profits
aux dépens de la terre et des pauvres.
Apprends-nous à découvrir la valeur de chaque chose,
à contempler, émerveillés,
à reconnaître que nous sommes
profondément unis
à toutes les créatures sur notre chemin
vers ta lumière infinie.

Merci parce que tu es avec nous
tous les jours
Soutiens-nous, nous t’en prions,
dans notre lutte pour la justice
l’amour et la paix.

Pape François
Encyclique « Laudato Si’ »

Prions pour nos prêtres !

Le Pape François a délivré ce jeudi matin à la basilique Saint-Jean-de-Latran la première de ses trois méditations, dans le cadre du Jubilé des prêtres qui se tient à Rome jusqu’au 3 juin.

A cette occasion, nous vous proposons aujourd’hui une « prière pleine d’humour » pour nos prêtres !

« Tout d’abord, Seigneur, nous vous remercions de ce que ces hommes aient accepté de devenir nos curés et vicaires.
Si par hasard, ils avaient préféré les pantoufles, une femme et un foyer, nous serions bien ennuyés.
Et si c’était comme cela partout ?

Merci, mon Dieu, de leur avoir donné le courage du sacrifice.
Grâce à eux, nous pouvons nous nourrir du Pain de Vie, former des foyers solides, rapproprier notre âme et mourir en paix.
Merci, Seigneur, pour les défauts de nos curés : des gens parfaits supportent mal la faiblesse.
Des gens en toujours bonne santé méprisent les petites natures.
Seigneur, vous avez mieux vu que nous !

Nos curés sont des phénomènes.
Ils doivent être des pédagogues pour les enfants,
Des spécialistes des questions du foyer pour les jeunes ménages,
Des spécialistes psychologiques pour la jeunesse,
Des chefs-d’œuvre de science et de délicatesse au confessionnal.
Ils doivent, aux réunions d’hommes, traiter du problème de l’Eglise en professeurs ;
aux réunions de dames, ouvrir l’Evangile en exégètes.
Dans leur visite aux familles cultivées, ils doivent discuter du dernier roman sous peine de passer pour de gros lourds,
et avec le communiste sympathique, traiter du conflit capital-travail dans ses moindres détails.
Avec les non-catholiques, ils doivent être théologiens à la fois fermes et larges, et des historiens avisés avec la J.O.C.
Mais je n’en finirai pas !

J’oubliais qu’ils doivent répondre dans les rues à tous les saluts,
Et s’ils reçoivent, ils doivent être souriants, même s’ils sont à moitié morts.
J’oubliais qu’ils doivent être, chaque dimanche, orateurs, chanteurs et parfois organistes,
Et qu’en semaine, il leur faut souvent être électriciens, menuisiers, peintres, cuisiniers, etc…

Seigneur, faites que ces « spécialistes universels », nous les jugions avec l’indulgence que requiert ce programme incohérent et inhumain.
Faites que nous comprenions que si sur quatorze spécialités, notre prêtre en réussit la moitié ou le quart,
nous en soyons satisfaits.

Donnez-moi, Seigneur, de lui pardonner ses impatiences ou ses erreurs.
Que je comprenne bien que je n’ai qu’un curé à supporter
et que lui a tous ses paroissiens sur le dos.
Donnez-moi enfin, Seigneur, de lui montrer qu’il n’est pas entouré que d’indifférence.
Donnez-moi la persévérance dans la prière pour les prêtres et les vocations.
Ce sera sans doute le meilleur de tout. »

Amen
http://saintpothin.fr/Priere-pour-s…

Route de Carême

Seigneur, mon Dieu,
depuis le jour de mon baptême,
je chemine avec Toi.
Tu es l’ami de mes jours de soleil
et de mes nuits de brouillard,
c’est Toi que j’ai choisi,
aide-moi à T’aimer et à te rester fidèle !

Toi, jamais Tu ne m’abandonnes,
Tu es la lumière qui m’éclaire,
même au cœur des ténèbres.
Tu es la source qui rafraîchit
qui coule en moi et me redonne vie.
Ton amour pour moi est si grand
que même la mort ne T’arrête pas.

Tu es le chemin, Tu es la vie nouvelle !
Donne-moi, Seigneur,
sur ma route de Carême  ,
d’oser vivre Ta parole,
celle qui donne vie,
celle qui ouvre l’horizon,
celle qui repousse les ténèbres,
celle qui met l’homme debout.

Donne-moi, Seigneur,
sur ma route de Carême  ,
d’oser partager ta Parole,
avec humilité et vérité.

Saints humbles

« Ils ne font rien de particulier ou d’extraordinaire
pour attirer les regards.
Il faut être attentif pour les découvrir.
Quand ils sont là, il y a du respect dans l’air et de la tolérance
et de l’amour et une autre tournure des esprits et des cœurs…
Une autre lumière
une joie et une espérance
qui viennent de l’évangile.
Ils ne se cachent pas.
Ils n’ont pas honte mais ils sont discrets
car ils savent que les grandes moissons
germent dans l’obscurité de la terre
et que les grandes récoltes se préparent
dans les profondeurs.
Ils sont présent,discrets et humbles,
comme le levain.
ils font bouger le monde.
Ils existent.
Il suffit d’être attentif et on les voit,
nombreux,
dans les lieux de chaque jour.
D’ailleurs, au milieu de la foule indifférente,
tu es peut-être de ceux-là ?… »

Prière pour la Toussaint de Charles Singer
Source : http://www.eglise.catholique.fr

Se préparer à Noël

Une nouvelle année liturgique commence …et nous entrons dans le temps de l’Avent. Pour cheminer vers Noël, la paroisse nous propose des temps de partage, de rencontres, de prières… Saisissons ces moments qui nous sont offerts.

Dieu est prêt pour nous écouter
C’est par la prière que nous pouvons parler à Dieu. Elle est le langage approprié pour communiquer avec Dieu. Elle est le seul moyen par lequel nous pouvons Lui exprimer toutes nos pensées et attendre de Lui ses grâces. Elle est le langage spirituel du croyant. C’est par elle qu’il peut demander des faveurs à Dieu et Lui manifester sa gratitude d’enfant de Dieu. Prier, c’est donc s’adresser à Dieu par ses pensées exprimées ou non, pour L‘adorer, Lui demander une grâce ou Le remercier. Ainsi la prière est une ouverture à Dieu pour recevoir de Lui la merveille d’un amour transformant.
C’est par la prière que Dieu nous transforme par la puissance de son Esprit-Saint et nous donne de vivre à son image, Lui qui est tendresse et pitié, miséricorde et amour.
La prière fixe notre attention sur toutes sortes de ré-alités, sur Dieu Lui-même, sur nos péchés, sur notre vocation et sur la fidélité.
La prière est donc nécessaire à tout chrétien, elle n’est pas une affaire de sentiment. Qu’elle soit une supplication, une action de grâce, une louange ou une adoration, la prière a toujours ses exigences.
De tout temps, elle demande un effort de concentration, de persévérance, de désencombrement. Elle exige toujours un dépassement des horizons habituels. Elle demande application à soi, connaissance de soi, attention à ce qui se passe à l‘intérieur.
On ne prie pas seulement quand on a des problèmes ou seulement pour obtenir la satisfaction. Mais on peut prier aussi Dieu parce qu’il est notre Créateur et que nous savons qu’Il nous aime. Il faut L’adorer, Le remercier, Lui dire notre confiance, notre volonté de Le servir, notre regret de L’avoir offensé.
La prière bien faite fait toujours du bien à nos âmes car elle nous unit à Dieu et nous fait accepter Sa volonté
Père Louis Manako GOMMA
Paroisse du Pays de Jugon

Seigneur, maître du temps

Seigneur, maître du temps,
fais que je sois toujours prêt à Te donner
le temps que Tu m’as donné.

Seigneur, maître du temps,
aide-moi à trouver chaque jour

le temps de Te rencontrer
et le temps d’écouter les autres,

le temps d’admirer
et le temps de respirer,

le temps de me taire
et le temps de m’arrêter,

le temps de sourire
et le temps de remercier,

le temps de réfléchir
et le temps de pardonner,

le temps d’aimer
et le temps de prier.

Seigneur, maître du temps,
je Te donne toutes les heures de cette journée
et tous les jours de ma vie,
jusqu’au moment où j’aurai fini
mon temps sur la terre.

Jean-Pierre Dubois-Dumée

Ta miséricorde est sans limite

« Seigneur, fais-nous voir ta miséricorde
et donne-nous le Sauveur » (Ps 84. v.8)

Jésus Sauveur, ton nom est Miséricorde,
ta compassion pour nous
est plus grande que tout.

Tu es venu pour nous sauver.

Ton Père est le père des miséricordes
et tu es au milieu de nous
le visage de la miséricorde.

Tu nous portes dans ton cœur,
tu nous cherches
jusqu’à ce que tu nous aies trouvés.

Tu nous tends une main douce et sûre
quand nous tournons le dos au bonheur
que tu nous offres.

Ta miséricorde est sans limite
parce que tu remets tous les péchés
même les plus grands.

C’est toi qui nous aimes le premier,
tu nous invites, tu cours après nous,
tu nous presses de te chercher
et de nous tourner vers toi,
tu nous ouvres un passage.

Dans la joie de la résurrection,
donne-nous un cœur nouveau
qui se détourne du péché
et s’ouvre pour accueillir ta miséricorde,
fais-nous vivre en paix avec toi
et demeurer en toi
sans plus te faire obstacle.

A partir d’un texte de saint Jean Eudes (1601-1680)
OC VIII p.52-59

Toi, le Ressuscité

Toi, le Ressuscité

Comme un pauvre

qui ne veut pas s’imposer,

tu accompagnes chacun

sans forcer l’entrée de notre cœur.

Tu es là, tu offres ta confiance,

tu ne délaisses personne,

même quand les profondeurs

crient de solitude.

Pour t’accueillir

nous avons besoin de guérison.

Pour te reconnaître, il importe

que nous prenions le risque de refaire

à tout moment le choix de te suivre.

Sans ce choix, à chaque fois radical,

nous nous traînons.

Te choisir, c’est t’entendre nous dire :

“Toi, m’aimes-tu plus que tout autre ?”

Frère Roger, Taizé

Une chaine de prières.

Un temps d’adoration du Jeudi Saint au Samedi Saint !

Participer à une chaîne de prière , 48 heures , NON STOP

Après la messe du Jeudi Saint, il est demandé aux personnes qui le peuvent de prendre un temps d’adoration.
Plusieurs d’entre vous souhaiteraient tenter cette expérience, sans venir obli-gatoirement à l’église : à cause des horaires de travail , on ne peut pas se dé-placer, on est malade…
Prenons le temps d’aller voir l’Évangile de Jean au chapitre 4e. Les catéchumènes auront à découvrir cette rencontre de Jésus avec la Samaritaine. A la Samaritaine qui est en recherche, Jésus lui répond que ce n’est pas le lieu qui est important pour adorer Dieu.
projet est simple : du Jeudi Saint (17 avril) 22 heures au Samedi Saint
(19 avril) 21 heures, des personnes pourraient se relayer toutes les heures pour assurer cette mission d’adoration au nom de la communauté paroissiale.

Cela veut dire que j’aurais à m’inscrire pour un horaire. On peut être plu-sieurs pour le même horaire en tenant compte des disponibilités des uns et des autres.
S’inscrire à la maison paroissiale : 02.96.31.02.55 ou auprès des correspondants de votre clocher.

Pendant l’heure choisie, j’arrête mon travail ou mon activité. Je peux prendre un texte de la Parole de Dieu, y réfléchir. Je peux prier avec le chapelet. Je peux choisir l’heure qui permettra de prier en famille. Ma mission est de prier au nom de la paroisse, en lien avec les événements du monde.

Pour dire que je prends le relais, je peux allumer une bougie. La relève finale sera prise le Samedi Saint à 21 heures par ceux et celles qui participeront à la Veillée pascale.
Bonne marche vers Pâques

Une prière de Carême

Seigneur Jésus, nous contemplons
Cette Église que nous aimons,
Avec ses limites et ses richesses,
C’est notre mère.
C’est pourquoi nous la respectons,
Tout en rêvant qu’elle soit toujours plus belle

Aide-nous, Seigneur, à construire une Église
Où il fait bon vivre,
Où l’on peut respirer,
Dire ce que l’on pense.
Une Église de liberté.

Qu’avec toi, Seigneur,
Nous sachions faire une Église
Qui accueille au lieu de juger,
Qui pardonne sans vouloir condamner,
Qui annonce plutôt que de dénoncer.
Une Église de miséricorde.

Dans cette Église ouverte,
Esprit Saint, tu nous donneras
L’audace de faire du neuf.
Et puis, chacun pourra prier dans sa langue,
S’exprimer dans sa culture,
Et exister avec son histoire.

Une Église dont le peuple dira
Non pas : « Voyez comme ils sont organisés »,
Mais : « Voyez comme ils s’aiment ».

Église d’ici et de partout,
Église des banlieues, des rues et des cités,
Tu es encore petite, mais tu avances.
Tu es encore fragile, mais tu espères.
Lève la tête et regarde :
Le Seigneur est avec toi

Paroisse St Dominique

Une prière pour entrer en Carême…

Seigneur,
Quel est le jeûne que tu attends de nous ?
Quel est le partage qui te ferait « plaisir » ?
Quelle prière nous disposerait en vérité à vivre ta Pâque, nos pâques ?

Tu nous attends « à ta suite »
dans cette marche de quarante jours.
Tu nous attends précisément
où tu aimerais nous entraîner aujourd’hui.

Nous voici…
là où un frère, une sœur
attendent un pardon,
là où une personne seule attend une visite,
là où une petite décision de notre part
faciliterait la vie de notre entourage,
là où un appel peut surgir
dans l’imprévu de nos journées.

Notre marche vers Pâques
sera alors selon ta volonté,
je le crois, je le désire, je le veux.

Seigneur Tu nous as dit :
« Ce que vous faites
à l’un des plus petits d’entre les miens,
c’est à moi que vous le faites ».

Merci de ta proximité dans nos frères.
Merci pour le temps du carême  
qui nous remet dans le vrai.
Merci pour la Vie
que Tu veux épanouir en nous.
Voilà Seigneur notre prière de carême  .

Site : Sœurs du Rédempteur

Une rentrée avec Dieu

Seigneur, c’est dans la joie
et la confiance que je t’offre
cette année qui commence.

Que sera-t-elle pour moi ?
Que me réservent
tous ces longs mois ?

Autant de questions
que je ne peux plus me poser.
Toi, qui connais les réponses,
c’est le principal.

Pourquoi vouloir deviner ?

Je t’offre ma bonne volonté
car tu as encore beaucoup
de choses à me demander.

Je sais bien que je me heurterai
souvent au découragement
et à l’indifférence.

Mais si tu me donnes ta force
et ta grâce, alors, je te dis au début
de cette année nouvelle :

comme tu voudras, Seigneur !

Paroisse St Dominique des Trois Rivières (Meurthe et Moselle)

Viens Esprit

Viens Esprit

Esprit Saint, continue de souffler

sur l’Église de notre temps,

Qu’elle n’ait pas peur d’annoncer

à temps et à contre temps

La bonne nouvelle de ton amour

pour tous les hommes.

Esprit Saint, sois la lumière et le guide

Dans les décisions à prendre

et les actions à mener

Au cœur de nos familles

et de nos communautés.

Esprit Saint, sois la force et le secours

De tous ceux qui ressentent

douloureusement leur faiblesse,

Inspire-nous les paroles d’espérance

Et des gestes de solidarité  .

Esprit Saint, suscite le dynamisme

Et le respect de tous ceux

qui ont une responsabilité politique et associative.

Esprit Saint, donne la sagesse

Aux professionnels de la communication.