25 janvier L’Eglise célèbre la conversion de Paul Enregistrer au format PDF

Vendredi 25 janvier 2019
0 vote

A partir de ce jour, Paul a changé radicalement de regard sur la personne de Jésus : le Crucifié du Vendredi saint n’était plus à ses yeux le maudit de Dieu, mais son Fils glorifié en raison de son obéissance à son amour. En ce sens on peut parler de « conversion », de « retournement » complet.

Grande fête dans la plupart des Eglises, la conversion de saint Paul relate un événement étonnant, et majeur pour les débuts de l’évangélisation.

Jeunesse de Paul

Nous savons peu de choses sur la jeunesse de Paul. Né aux environs de l’an 5 après Jésus, à Tarse en Cilicie, Saul est à la fois juif et romain. Il reçoit une éducation assez riche : il parle et écrit le grec, apprend la rhétorique et reçoit en même temps une éducation de pharisien. On le remarque très vite comme un des plus ardents persécuteurs des premiers chrétiens ; il participe à la lapidation d’Étienne, le premier des martyrs. Mais un jour, un événement inattendu va décider de sa vie.

Le choc de la lumière

Le voici à cheval sur le chemin de Damas où il se rend avec des compagnons, probablement pour une mission confiée par les autorités juives. La suite, les Actes des Apôtres la racontent : « Soudain, une lumière venue du ciel l’enveloppa de son éclat. Tombant à terre, il entendit une voix qui lui disait : « Saul, Saul, pourquoi me persécuter ? » Il demanda : « Qui es-tu, Seigneur ? » La voix lui répondit : « Je suis Jésus, celui que tu persécutes. Relève-toi et entre dans la ville : on te dira ce que tu dois faire » (Actes 9, 3-6). Ses compagnons entendent la voix mais ne voient personne. Saul se relève ; il est devenu aveugle. Il entre à Damas, conduit par ses compagnons, et il va y vivre une expérience pascale : « Pendant trois jours, il fut privé de la vue et il resta, sans manger ni boire » (Actes 9, 9). Il faudra l’intervention d’Ananie, envoyé par le Seigneur, pour que Saul retrouve la vue.

Désormais rien ne sera plus comme avant.

Saul demande le baptême, devient Paul. Il se retire en plein désert d’Arabie où il comprend que sa mission est de guider le monde des gentils – c’est-à-dire des païens- vers Jésus. Il retourne à Damas où il doit faire face à l’hostilité des juifs. Il regagne alors Jérusalem où il parvient à convaincre l’apôtre Barnabé de sa conversion et de la pureté de ses intentions. Dès lors, sa vie sera un perpétuel voyage.

Paul, missionnaire de l’Église

De 38 à 48, Paul prêche à travers la Syrie et l’Asie Mineure. Il inaugure ainsi la tradition missionnaire de l’ Église. Il va ensuite parcourir l’est du bassin méditerranéen où il établit de nombreuses communautés. C’est pour elles qu’il écrira ses épitres. Elles trouveront un écho immense, au point que l’Église les intégrera au Nouveau Testament. En 57, Paul retourne à Jérusalem où il est arrêté et emprisonné pendant deux ans. Citoyen romain, il en appelle à César. Envoyé à Rome, son bateau échoue sur Malte où il reste quelques mois. Après deux années de captivité romaine, il se rend à Ephèse, sans doute à l’issue de son procès. De retour à Rome, il meurt décapité pendant les persécutions de Néron, vers 67. Il est inhumé à l’emplacement de la basilique Saint-Paul-Hors-les-Murs.

Serge Kerrien Diacre permanent