Homélie du 4e dimanche de Pâques . Le bon Pasteur Enregistrer au format PDF

Samedi 2 mai 2020 — Dernier ajout dimanche 10 mai 2020
0 vote

Homélie 4e dimanche de Pâques (A) Le dimanche 3 mai 2020

Frères et soeurs, chers amis, chères familles, nous sommes toujours confinés dans nos maisons, nos appartements, notre chambre (EHPAD, foyer logement) en ce 4e dimanche de Pâques où nous prions plus particulièrement pour toutes les vocations …

8 dimanches de suite sans nous rassembler « en famille, en peuple, en Eglise » ! Cela commence à faire long, très long … et ce n’est pas fini ! Encore un mois où il nous est demandé de « rester à la maison » le dimanche ou du moins de ne pas venir à l’église célébrer la messe (cela ne nous empêche pas de goûter la Parole de Dieu et de la partager, bien au contraire). Nous pourrions nous rebeller … mais non ! A la suite de notre Pape François, de notre évêque, nous devons être obéissants même si nous ne comprenons pas toujours (et ne validons pas toutes) les décisions gouvernementales sur le déconfinement progressif … Il est de notre responsabilité de citoyens et de chrétiens de respecter ces règles sanitaires !

Dans l’évangile d’aujourd’hui, (que je vous invite à lire et à méditer avant de parcourir mon homélie), il est question de Jésus que l’on appelle communément le bon pasteur … mais, à y regarder de plus près, il ne se présente pas ainsi : dans la parabole de ce dimanche, le Christ est le pasteur, le berger des brebis … « Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir … il marche à leur tête et les brebis le suivent, car elles connaissent sa voix » écrit saint Jean (10, 3-4)

Chers amis, le Christ connaît le prénom de chacun … Et nous, en paroisse, connaissons-nous le prénom de nos frères et soeurs qui sont à côté de nous dans l’église (en temps ordinaire !) ? Je n’en suis pas sûr … Et dans notre voisinage, connaissons-nous leur prénom ? Cette période de confinement aura-t-elle permis de mieux connaître nos voisins, de partager leurs épreuves et leurs joies ?

Au sens biblique, le mot « connaître » a une forte signification. Comme l’écrivait St Grégoire le Grand au VIe siècle : « Je connais mes brebis – c’est-à-dire je les aime » … La connaissance est « naissance » à l’autre et au Tout-Autre comme présence offerte … Nos relations humaines et sociales sont limitées depuis un mois et demi … mais si nous prenions soin de celles qui nous sont données : les relations dans nos familles à la maison, en couple, avec les enfants … ou les relations avec le personnel soignant dans les EHPAD et foyers logement … ou les relations avec les personnes qui travaillent pour notre bien-être et le bien commun …

En revanche, nous ne sommes pas limités dans notre relation avec le Christ ressuscité ! Il est « présence offerte », toujours à nos côtés ; il nous aide à vivre ce temps de confinement dans la sérénité … Il nous guide, nous rassure, nous fortifie … « Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre » rappelle le Psaume 22.

En ce dimanche où l’Eglise célèbre la journée mondiale de prière pour les vocations, prions plus intensément le Seigneur pour nous-mêmes. Car tout baptisé a une vocation, tout baptisé a reçu l’appel de Dieu à la vie, au bonheur et à s’ajuster à sa Parole … Et pour notre Pape François, la vocation s’entend comme « un appel au service missionnaire des autres » (exhortation apostolique Christus vivit, paragraphe 253). Un appel à apporter notre pierre à l’édifice du bien commun … Merci à toutes les petites mains qui fabriquent des masques pour nous protéger de cette épidémie. Merci aux soignants, au personnel des maisons de retraite et des hôpitaux … Merci aux agriculteurs qui ont cette belle mission de nous nourrir … Merci à tous ceux et celles qui, sans bruit, font du bien à leur prochain …

En ce dimanche où l’Eglise célèbre la journée mondiale de prière pour les vocations, prions plus intensément le Seigneur pour que nous devenions toujours davantage frères et soeurs en humanité ! Ce dimanche 3 mai 2020, nous aurions dû clôturer le Festival ND à la collégiale de Lamballe. Le thème que nous avions choisi, avec l’équipe de pilotage, était : « Liberté, égalité, fraternité : où en est-on de la fraternité ? » Thème très actuel, vous ne trouvez pas ? Nous le reprendrons l’année prochaine …

Pour ma part, en plus du Christ, j’ai un modèle pour vivre la fraternité. Il s’agit du Bienheureux Charles de Foucauld. Je vous partage un extrait d’une lettre qu’il écrit, de son lieu d’ermitage à Assekrem, à un de ses amis le 3 mai 1912 (un clin Dieu ?) :

« Être apôtre, par quel moyen ? Par ceux que Dieu met à sa disposition : les prêtres ont leurs supérieurs qui leur disent ce qu’ils doivent faire…Les laïcs doivent être apôtres envers tous ceux qu’ils peuvent atteindre : leurs proches et leurs amis d’abord, mais non eux seuls, la charité n’a rien d’étroit, elle embrasse tous ceux qu’embrasse le Cœur de Jésus. Par quels moyens ? Par les meilleurs, étant donnés ceux auxquels ils s’adressent : avec tous ceux avec qui ils sont en rapport sans exception, par la bonté, la tendresse, l’affection fraternelle, l’exemple de la vertu, par l’humilité et la douceur toujours attrayantes et si chrétiennes ; avec certains sans leur dire jamais un mot de Dieu ni de la religion, patientant comme Dieu patiente, étant bon comme Dieu est bon, aimant, étant un tendre frère et priant ; avec d’autres en parlant de Dieu dans la mesure qu’ils peuvent le porter ; dès qu’ils en sont à la pensée de rechercher la vérité par l’étude de la religion, en les mettant en rapport avec un prêtre très bien choisi et capable de leur faire du bien… Surtout voir en tout humain un frère. »

Je vous laisse méditer ces belles paroles qui nous aideront, je l’espère, à être des « frères et soeurs universels » …

Enfin, en ce dimanche où l’Eglise célèbre la journée mondiale de prière pour les vocations, prions plus intensément le Seigneur pour que des jeunes et des adultes discernent un appel plus spécifique à donner leur vie pour notre monde, pour Dieu et notre Eglise universelle. Et qu’ils trouvent sur leur chemin des laïcs, religieuses, religieux, diacres, prêtres qui seront bienveillants et à l’écoute de leur questionnement.

Le 1er dimanche de chaque mois, notre évêque nous invite à dire la prière pour les vocations ; en ce « joli mois de Marie », nous la prierons par l’intercession de ND de Grande Puissance :

« Seigneur Jésus, aujourd’hui comme hier, tu ne cesses d’appeler des jeunes et des adultes de tous âges à te suivre.

Entends nos communautés chrétiennes qui te prient avec confiance pour les vocations.

Éclaire, fortifie et soutiens ceux que tu appelles à t’aimer et à te consacrer leur vie pour le service des autres et pour l’annonce de ton évangile.

Nous te le demandons à toi qui es vivant pour les siècles des siècles ! AMEN »

P. Laurent Le Meilleur, prêtre heureux « malgré le confinement », heureux d’avoir répondu à l’appel du Seigneur à Le servir

Voir en ligne : https://paroisse-saintbrieuc.cathol…