Message pascal de Mgr Denis Moutel Enregistrer au format PDF

Dimanche 12 avril 2020
0 vote

La joie est attachée à la fête de Pâques. Mais cette joie-là ne peut pas être légèreté ou insouciance. Nous avons tous conscience de la gravité du temps présent. Comment garder le cap quand la tempête se déchaîne ? Comment trouver la paix quand on est pris d’inquiétude pour un proche malade ou quand la vie est un peu compliquée à la maison ?

Pourtant, la joie n’est pas éteinte. J’ai cru la voir dans les yeux de ceux qui combattent l’épidémie avec compétence et générosité. Je l’ai vue aussi dans les engagements de tous ceux qui se mettent au service des autres, qui nous alimentent, nous soutiennent, nous informent, pour que nous vivions chaque jour du mieux possible. J’ai reconnu cette joie dans la prière partagée des chrétiens et de tous les croyants, même à distance.

La joie de Pâques c’est quand le service des autres et l’amour désintéressé donnent du bonheur, bien au-delà de ce que nous pouvions imaginer. Cette Bonne Nouvelle s’accomplit pour les chrétiens en Jésus de Nazareth, le Fils de Dieu, le Sauveur : Il aime chacun, même le bandit qui est à ses côtés, et Il aime jusqu’au bout. Dieu l’a relevé d’entre les morts. Ce que nous croyons pour Lui, nous le croyons et nous l’espérons aussi pour nous : sur la croix du Fils de Dieu, le mal et le péché sont tenus en échec par le plus grand amour.

Ainsi en est-il de notre vie commune : les épreuves sont présentes plus que jamais et nous rendent douloureux ou incertains, mais les solidarités se multiplient et la fraternité grandit. La mort même n’est pas le dernier mot de notre vie.

Dans cette fête de Pâques, j’ai une pensée et une prière particulières pour ceux que l’on appelle les catéchumènes, des adultes et quelques jeunes, qui se sont préparés pour leur baptême dans la nuit de Pâques : ils sont des milliers en France et quelques dizaines dans les Côtes d’Armor. Au-delà de leur déception, en raison du report des sacrements, ils nous disent qu’ils ont découvert, en leur cœur et dans l’Évangile, une lumière inattendue, qu’ils n’ont pas eux-mêmes fabriquée. Leur quotidien en est transformé : leur confiance en Dieu, leur relation aux autres, et leurs engagements sont complètement renouvelés.

A tous j’adresse mes vœux de paix et d’espérance. Que Dieu lui-même vous donne d’entrer dans la joie de Pâques !

+ Mgr Denis Moutel

Évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

Voir en ligne : https://youtu.be/J7BD6O-xPa0