Saint Patern Enregistrer au format PDF

Mercredi 10 avril 2019
0 vote

Plusieurs saints évêques ont porté ce nom, parfois orthographié un peu différemment. Nous allons faire connaissance avec Patern l’Ancien, évêque de Vannes au Ve siècle.

On connaît peu de choses de lui en dehors de la « Vita Paterni », roman hagiographique. Né en Armorique, Patern, à l’inverse du mouvement habituel, émigre au Pays de Galles où il fonde un monastère, et peut-être plusieurs. Pour certains, il est ordonné évêque au cours d’un pèlerinage en Terre Sainte. D’autres pensent qu’il fut ordonné évêque, à Tours, par Saint Perpétue, à l’occasion du concile provincial qui se tenait dans la ville.

De rudes conflits

A son retour en Armorique, le roi Caradec lui confie l’évêché de Vannes à l’occasion du concile de Vannes en 465. Très vite, il se lie d’amitié avec Saint Samson, évêque de Dol. On ne sait pas grand-chose de son ministère épiscopal, sinon que Saint Patern fut confronté à de rudes conflits entre les partisans d’un christianisme local de tradition celte et les partisans d’un christianisme plus gallo-romain. A ces tensions s’ajouta une vague d’immigration de Bretons venant de Grande Bretagne. Cela ne fit qu’aggraver la situation et nous montre com-bien des faits récurrents provoquent les mêmes réactions, quelles que soient les époques et malgré le développement de la foi chrétienne.

Dans ce contexte historique tendu, Patern fut un artisan d’unité, quoique mal compris des populations dont il avait la charge. Victime de dissensions très vives, il fut contraint à démissionner et à s’exiler. Il se retira dans un ermitage où il mourut un 15 avril, vrai-semblablement en 475, dans l’oubli total.

A propos de Saint Patern, légendes et confusions entre évêques du même nom, particulièrement Saint Patern d’Avranches, sont nombreuses. Il est alors bien difficile d’affirmer, avec certitude, certaines dates et certains faits.

Pacificateur

Le saint évêque de Vannes est cependant une belle figure qui ne manque pas d’actualité. Au cours de son épiscopat, Patern se trouva en rapport avec des étrangers de races diverses qui venaient s’implanter en Armorique : d’abord les émigrés bretons puis les Francs. Il amena les émigrés à reconnaître son autorité spirituelle et, en retour, il sut persuader les indigènes de se fondre pacifiquement avec les Bretons en une même nation, sous un même chef, dans toute la partie du pays de Vannes située à l’ouest de cette ville.

Dans l’autre partie de son diocèse restée gallo-romaine, il sut ménager un accord pacifique conclu entre sa cité et les Francs de Clovis. Ainsi Saint Patern, au-delà des légendes, apparaît comme un pacificateur, un conciliateur, un arbitre des populations diverses qui se disputaient alors la cité vannetaise et son large territoire.

En 1964, Paul VI a déclaré Saint Patern patron du diocèse de Vannes.

On le fête le 15 avril et il est invoqué pour obtenir la pluie.

Serge Kerrien Diacre permanent