Saint Pierre Enregistrer au format PDF

Samedi 29 juin 2019
0 vote

Saint Pierre

Que sait-on de Simon Pierre ? Simon (son nom d’origine) est choisi par le Christ pour être le « roc » de son Église (sens du nom Kephas que lui donne Jésus, et que le latin traduira par Petrus). Ce surnom semble indiquer un trait de caractère de l’homme, solide, et rejoint la phrase de Jésus : « Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise » (Mt 16, 18).

Il naît dans une famille de pêcheurs de Bethsaïde, près du lac de Tibériade. Son frère André le présente à Jésus.

Il abandonne alors famille et foyer pour suivre celui-ci. Plusieurs passages des Évangiles évoquent la figure et la place particulière de Pierre parmi les Apôtres.

Ainsi, c’est lui qui, au nom de tous les disciples, proclame sa foi en Jésus : « Tu es le Christ » (Mc 8, 29). Il assiste à la marche de Jésus sur les eaux (Mt 14, 28-31), à la transfiguration (Lc 9, 28-36), à la Cène, à l’arrestation, au procès, à la passion de Jésus.

Mais, si Pierre est enthousiaste, totalement dévoué à Jésus, il peut-être hésitant, emporté, faillible au point de renier Jésus. C’est aussi lui qui, le premier est entré dans le tombeau au matin de Pâques (Jn 10, 5). Et lors de la dernière apparition de Jésus, il est réhabilité et réinstauré dans sa mission de pasteur de l’Église naissante (Jn 21, 15-17).

Après la Pentecôte, Pierre prêche le cœur de la foi chrétienne : la mort et la résurrection du Christ.

Chef de la communauté chrétienne de Jérusalem, il lui reviendra de trancher les questions relatives à la foi et aux pratiques de l’Église.

Ainsi, lors du Concile de Jérusalem (vers l’an 50), il prend clairement position sur l’admission des païens dans l’Église, sans obligation de la pratique juive de la circoncision. Après cela, les Actes ne disent plus rien de sa vie.

La tradition, transmise par les Pères de l’Église, permet de connaître, mais sans vérification historique, la suite de sa vie.

Fuyant la persécution à Jérusalem, il semble avoir gagné Antioche dont il aurait été le premier évêque. Il se rend ensuite à Rome. Après un retour à Jérusalem, il se fixe à Rome sous le règne de Néron. Il aurait été le premier évêque de Rome, avant son martyr, proba-blement en 64.

La Tradition rapporte que Pierre aurait cherché à fuir la persécution de Néron, mais qu’il aurait rencontré le Christ en chemin et entendu sa question : « Quo va-dis… Où vas-tu » ? Il aurait alors rebroussé chemin et affronté son martyr. Supplicié sur la colline vaticane, il aurait demandé à être crucifié la tête en bas, ne se jugeant pas digne de mourir comme son maître. Il aurait été enterré à l’emplacement de l’actuelle basilique Saint-Pierre

De nombreuses églises et de nombreux baptisés portent son nom.

Serge Kerrien Diacre permanent

Saint Pierre est fêté le 29 juin