Une semaine à Rome Enregistrer au format PDF

Jeudi 31 mai 2018 — Dernier ajout mercredi 30 mai 2018
1 vote

Au cours des vacances scolaires d’avril, un groupe de jeunes du dio-cèse est parti en pèlerinage à Rome. Une belle expérience de vie qu’ils souhaitent partager.

Durant notre séjour en Italie s’étalant du 28 avril au 4 mai, nous nous sommes mis dans les pas des premiers chrétiens en visitant Rome. Plongés dans l’antiquité romaine, nous nous sommes souvenus des martyrs jetés aux lions dans l’arène du Colisée au nom de leur foi. C’est en explorant cette mémoire que nous nous sommes recueillis sur la sépulture de Saint-Pierre, celui-là même qui, en ami du Christ, l’avait renié par trois fois pour se faire finalement crucifier en tant que premier pape de l’Eglise.

Le second pilier de l’Eglise catholique étant St-Paul, nous nous sommes rendus en dehors des murs de la ville pour prier devant sa tombe. Lui, avait eu la grâce, après sa conversion à Damas, d’échapper aux peines les plus atroces du 1er siècle en raison de sa citoyenneté romaine. Il a été décapité, faisant ainsi apparaître trois sources d’eau. Nous avons aperçu les chaînes de sa captivité et avons pour la plupart reçu le sacrement de réconciliation sur le chemin par lequel il est arrivé enchaîné pour sa condamnation : la via Appia Antica.

Cette route, bordée d’arbres et de champs, a longtemps été un lieu d’inhumation pour les Romains. C’est sur cette voie qu’on attribue ainsi une apparition de Jésus à Saint Pierre. Si, jusque-là, les disciples ont occupé une grande place dans les premières communautés chrétiennes, c’est en visitant la basilique Ste Marie Majeure que l’on s’est rappelé l’importance des femmes dans l’Evangile. En effet, c’est par la Vierge conçue immaculée que le Christ s’est incarné et c’est aux femmes, le jour de Pâques qu’il s’est manifesté, ressuscité.

Saint Jean-Paul II ayant été canonisé, nous l’avons invoqué pour son rôle d’intercesseur auprès de Dieu dans la basilique Saint Pierre.

L’audience papale nous a, quant à elle, remplis de joie. Nous avons été touchés par la simplicité du pape François qui nous a salués en souriant. Personnellement, par ses réformes à la curie, et les actes symboliques qu’il pose à travers le monde, il est vraiment à l’image des volontés de Jésus.

En fin de semaine, nous avons quitté l’harmonie des vieilles pierres et des couleurs vives de Rome pour une destination tout aussi enrichissante : Assise. C’est ici que Saint François, patron de notre pape, a toute sa vie prêché l’amour de la pauvreté et la contemplation de la création afin d’être perpétuellement en conversion avec le Seigneur. Accompagné de Sainte-Claire, il répondait à l’appel de Dieu qui lui disait au travers du crucifix : « Vis en paix comme si tu partageais déjà mon royaume ». C’est donc pour cela qu’avant d’admirer les fresques de Giotto, nous nous sommes hâtés de nous confier à eux.

Notre évêque Mgr Denis Moutel nous a guidés tout au long de ce pèlerinage. Loin de la Bretagne, il nous a d’ailleurs réservé une surprise bien inattendue. A capella et en solo, il nous a chanté un chant sur la Loire. Epris de mélancolie, il évoquait ainsi la nostalgie de son pays natal : la région nantaise.

Ainsi donc, heureux de regagner la France, nous nous sommes réjouis de ce que nous avons vécu. Nous ne sommes que fortifiés dans notre foi.

Par ailleurs, j’encourage d’autres jeunes à se lancer dans ce voyage spirituel en 2020. Ils y découvriront l’histoire de l’Eglise, de Saint Pierre, de Saint Paul, de Saint François et de Sainte Claire.

Marc-Antoine pour les jeunes pèlerins de notre zone pastorale de Lamballe.

Vos témoignages